• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Selon un responsable de Total, pas d'offres sérieuses pour Pétroplus

© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le directeur financier a remis en cause le sérieux des offres des deux candicats en lice pour la reprise de la raffinerie de Petit-Couronne. Il a ajouté que ces deux repreneurs étaient inconnus dans le secteur.

Par CB avec AFP

"Quand je vois le nom des acquéreurs (potentiels, ndlr), je ne suis pas certain que ces offres soient extrêmement sérieuses", a déclaré le directeur financier du groupe Patrick de la Chevardière à des journalistes, en marge de présentations aux investisseurs à Londres.

"Je ne peux pas faire de commentaires à propos de ces personnes, mais nous ne les connaissons pas, ce qui est curieux", s'est-il contenté d'ajouter.

"S'ils sont tellement inquiets, qu'ils investissent ici !", selon l'intersyndicale 


Ces propos ont été vivement contestés par l'Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC de la raffinerie. "C'est vrai que Total on les connaît bien. Surtout les anciens salariés de la raffinerie des Flandres", que le groupe a arrêté en 2010, a-t-elle ironisé dans un communiqué.
Dans ce texte, l'intersyndicale a accusé plus généralement les principaux groupes pétroliers de faire obstacle à l'arrivée de repreneurs. "S'ils sont tellement inquiets, qu'ils investissent ici !", leur a-t-elle lancé.


Le tribunal de commerce de Rouen doit statuer le 2 octobre sur le sort de la raffinerie de Petit-Couronne.

Deux candidats sont pour le moment en lice: Alafandi Petroleum Group (APG) basé à Hong-Kong et NetOil dont le siège est à Dubaï.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le skipper havrais Charlie Dalin se prépare pour la Transat Jacques Vabre

Les + Lus