• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Portrait : Maître Gervais Marie-Doutressoulle, l'avocat des anti-THT

Maître Gervais Marie-Doutressoulle dans son bureau à Caen (mars 2013) / © AFP, Chloé Coupeau
Maître Gervais Marie-Doutressoulle dans son bureau à Caen (mars 2013) / © AFP, Chloé Coupeau

Qu'est-ce qui fait avancer Maître Gervais Marie-Doutressoulle, l'inépuisable avocat du monde rural contre les lignes électriques à Très Haute Tension (THT) ? Interview d'un "homme de conviction".  

Par LQ, Texte: Chloé Coupeau, AFP

Arpentant aussi bien les tribunaux que les fermes de l'ouest de la France, l'avocat Gervais Marie-Doutressoulle mène sans relâche depuis 2008 une guerre juridique contre la ligne à très haute tension (THT) du futur réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche).
Il a lancé des dizaines de recours.
"Je les ai bombardés. Je ne supporte pas qu'on pète les territoires pour de l'argent, en plus pour une centrale nucléaire qui est une poudrière", résume l'avocat de 55 ans, assis à son bureau de Caen devant un portrait de la Vierge, à côté d'un orgue dont il joue régulièrement et d'un tableau moderne estampillé "Love is the answer" ("l'amour est la solution").

La révolte du bocage

Son combat est en passe d'être perdu. RTE, la filiale d'EDF chargée des THT, n'a plus qu'un seul de ses 414 pylônes à construire.
La seule bataille que ce catholique pratiquant a remportée dans ce dossier - les juges de Coutances ont condamné en septembre RTE pour être intervenu illégalement sur les terres d'un agriculteur - devait être examinée mardi dernier en appel à Caen.

Mais avec 85 procédures (pas toutes dues à Maître Doutressoulle)- contre la ligne de 400.000 volts sur 163 km, l'ouvrage déclaré d'utilité publique a pris du retard.
RTE repousse régulièrement la mise en service, désormais pour "avant la fin avril", contre fin 2012 annoncé initialement.
"Au départ, je n'y connaissais rien. J'étais scandalisé par cette balafre. Rendez vous compte, chez une agricultrice, ils ont abattu 80 chênes, dont certains étaient plusieurs fois centenaires", explique l'enfant de Torigny-sur-Vire (Manche). 
"J'ai toujours été sensible à la nature. Petit, je faisais la tournée des fermes avec mon père, boulanger", au coeur d'un bocage aujourd'hui en révolte contre des THT accusées de rendre vaches et hommes malades.
Certains scientifiques les soupçonnent d'être à l'origine de leucémies infantiles.

Un "homme de conviction"

Au fil du temps, les envolées écologistes de cet organiste qui a joué pour la Fraternité Saint Pie X (dans la mouvance de Mgr Lefèbvre) avant de s'en éloigner, et qui refuse le qualificatif d'intégriste, se sont teintées de technique. "L'impact négatif sur les cellules vivantes des champs de torsion gauche émis par les THT situées sur une faille géologique est un point extrêmement important", martèle l'avocat.

Cet élève de 3e cycle du conservatoire de Caen hostile à la messe en français (aussi ridicule selon lui "qu'un slow du samedi soir"), peut disserter avec autant de ténacité sur les "courants vagabonds", que sur les vertus du levain dans une brioche.
"C'est un homme de convictions, mais qui peut-être se laisse emporter par elles", avance un confrère, qui s'est retrouvé plusieurs fois face à lui au tribunal.
"Sans lui, on n'aurait jamais pu mener une bataille de cette ampleur. Dès qu'on l'appelle, il vient. Quand certaines communes ont eu des difficultés financières, il ne les a pas fait payer", raconte Jean-Claude Bossard, ancien candidat EELV aux cantonales et maire du Chefresne (Manche) à la tête de la quarantaine de maires au départ opposés à la THT, avant de démissionner en juin 2012 en dénonçant des "dérives" de la démocratie.

Les travaux avançant, la bataille s'est durcie. De la défense d'arrêtés municipaux interdisant la THT, Maître Marie-Doutressoulle est passé à celle d'un syndicaliste qui revendique le retrait de boulons sur un pylône en construction, d'un jeune militant accusé de violences contre des gendarmes ou d'un agriculteur interpellé de façon musclée pour avoir lâché ses taureaux face à RTE.

Au passage, l'avocat a perdu l'envie de voter. "Hollande a utilisé la répression policière contre de braves jeunes. UMP ou PS c'est pareil", estime l'avocat qui dit avoir voté Nicolas Sarkozy en 2007.
L'ancien enfant de choeur loue le travail de la députée EELV du Calvados Isabelle Attard. Il voterait désormais "dix fois" plus pour François Hollande que Nicolas Sarkozy si le vote était obligatoire, mais est trop "écoeuré" pour soutenir "un gouvernement qui n'en a rien à faire du bonheur du peuple français".
Monarchiste? "J'ai du mal à vous répondre", esquive Me Doutressoulle.

Toute l'actu sur les lignes THT, cliquez

A lire aussi

Sur le même sujet

Edouard Philippe à Rouen pour lancer "Team France", outil numérique pour aider les entreprises à exporter

Les + Lus