Un salarié de l’usine Renault de Cléon (Seine-Maritime) se suicide et laisse une lettre à Carlos Ghosn

Evoquant  la peur et l’incertitude  de l’avenir, il s’est suicidé dans un atelier de l’usine. La direction s'explique, des salariés témoignent et les syndicats dénoncent 

© France 3 Haute-Normandie

"Merci Renault, merci ces années de pression..."

Agé de 35 ans, ce père de famille a mis fin à ses jours sur son lieu de travail dans la nuit de dimanche à lundi dernier en laissant deux lettres. Une pour sa famille, une autre pour Carlos Ghosn, le pdg du groupe Renault.  Si la direction de Cléon affirme "qu’il n’y a pas de pression et qu’il y avait une bonne ambiance dans l’équipe" , les syndicats dénoncent de leur côté (et depuis des mois) l’existence d’une réelle tension sur les chaînes de montage. Ils pointent du doigt le projet d’accord  de compétitivité de l’entreprise et précisent que d’autres salariés, dans plusieurs sites français du groupe, ont eux aussi vécu des situations de détresse.
Après la mort de ce salarié dans cette usine où travaillent 4000 personnes, une cellule d’aide psychologique a été mise en place tandis que le Parquet de Rouen a ouvert une enquête pour tenter de déterminer les causes du suicide…

VIDEO : le reportage France 3 Haute-Normandie  de Marie du Mesnil Adelée et  Sylvie Françoise avec des images de France 2, des images d’archives de février 2013 et les interviews de : 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter