La gourou de Lisieux rejugée en appel ce lundi à Caen

Françoise Dercle ce lundi lors de son procès en appel à Caen
Françoise Dercle ce lundi lors de son procès en appel à Caen

Françoise Dercle a été condamnée le 22 janvier 2013 à 4 ans de prison ferme dans l'affaire de la secte du « Parc d’accueil ». Ce lundi, le procès en appel a débuté. L'accusée semble vivre dans un autre monde et fuit les questions.

Par Christophe Meunier

Françoise Dercle, 56 ans, a été condamnée le 22 janvier à cinq ans de prison dont un avec sursis et au versement de plus de 440.000 euros de dédommagements à une vingtaine de victimes parties civiles. Ancien professeur d'anglais auprès de jeunes désocialisés pour la fondation catholique Les Apprentis d'Auteuil à Lisieux, Françoise Dercle avait comparu, pendant deux jours et demi, fin novembre, lors d'un procès à huis clos pour "abus frauduleux de l'ignorance ou de la faiblesse d'un tiers", dans le cadre de la loi About-Picard de 2001 contre les dérives sectaires.

Françoise Dercle avait fait appel de ce jugement. Elle est rejugée en appel ce lundi 12 octobre à la Cour d'appel de Caen. Elle ne conteste pas le versement de dommages et intérêts, 400 000 euros pour les parties civiles, mais la peine de prison prononcée en première instance. "Nous considérons que 4 ans de prison ferme est une sanction inadaptée à la situation, à cette affaire, à la personnalité de Mme Dercle", a déclaré ce lundi matin Maître Schneider, son avocat, "Et puis, si vous avez suivi les premiers débats, vous savez que je n'ai pas plaidé alors j'espère que cette fois-ci, je pourrai apporter des éléments de réflexion de nature à influencer la décision".

La tâche s'annonce ardue pour maître Schneider, et ce d'autant plus que sa cliente ne fait rien pour susciter l'empathie des magistrats. Françoise Dercle semble vivre dans son monde, elle invoque le Saint-Esprit, d'autres dimensions, des "énergies". Elle se permettra même durant l'audience de lancer au président du tribunal: "On est pas du tout dans la même vibration". Un langage "illuminé" et une volonté manifeste de fuir les questions sur des sujets aussi graves que les séances collectives de relations sexuelles qu'elle imposait à ses "adeptes".

Reportage de Laurent Marvyle et Franck Bodereau
Intervenants:
- Maître Alain Fouquet, avocat des parties civiles
- Maître Pascal Rouiller, avocat des parties civiles

Gourou de Lisieux en appel: première journée

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Rouen : le dragage du port de Rouen, 7 millions de m3 !

Les + Lus