Caen : l'évadé "aux échelles" jugé par le tribunal correctionnel ce jeudi

Publié le Mis à jour le
Écrit par LQ
L'extérieur de la prison de Caen (archives)
L'extérieur de la prison de Caen (archives) © Google maps

Le Marseillais de 27 ans qui s'était évadé en septembre 2012 de la maison d'arrêt de Caen avec des échelles est jugé ce jeudi et vendredi par le tribunal correctionnel pour son évasion. 

Il y a un peu plus d'un an, son évasion avait provoqué des remous.
Ce Marseillais alors âgé de 26 ans était détenu à la maison d'arrêt de Caen (Calvados) pour avoir braqué et blessé en avril 2012 un antiquaire du Centre-ville de Caen.

Le 2 septembre 2012, il avait réussi à se faire la belle en utilisant des échelles. Et grâce à la complicité d'autres détenus.
Le fuyard avait été retrouvé et arrêté fin novembre 2012 à Marseille.  

C’est pour son évasion qu’il est jugé ce jeudi et vendredi. Un procès sous haute surveillance. Une trentaine d'hommes de la police, de la gendarmerie et du personnel d'intervention et de sécurité de l'administration pénitentiaire sont mobilisés.

L'avocat du Marseillais évoque les "Dalton"

Huit autres prévenus seront jugés en même temps que lui : des codétenus qui l'ont aidé dans la prison, et des complices extérieurs qui ont, entre autres, lancé une échelle dans le chemin de ronde de la prison. Mais aussi, à divers degré, participé à la  préparation et l'organisation de sa cavale. 

Lors de l'audience, chacun des neufs prévenus a donné sa version des faits et expliqué son degré d'implication dans l'évasion du Marseillais.
L'avocat du jeune homme, pour sa part, a évoqué les "Dalton" (les rois de l'évasion dans la bande dessinée Lucky Luke), pour la facilité apparente avec laquelle il est possible de s'évader de la prison de Caen. 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.