Prison de Condé-sur-Sarthe: 20 agressions en 7 mois

La prison de Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne / © France 3 Basse-Normandie
La prison de Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne / © France 3 Basse-Normandie

Après l'agression d'un gardien hier soir, le directeur adjoint a été grièvement blessé ce matin par un détenu

Par Marc Sadouni

Fabrice Morot a reçu plusieurs coups de pic, une lame assez longue, à la tête et dans le dos. Il peut encore marcher mais les pompiers l'ont emmené à l'hôpital où il va passer un scanner", a indiqué Emmanuel Baudin, secrétaire régional de FO pénitentiaire.

Il s'agit de la deuxième agression physique en moins de 24 heures dans ce centre pénitentiaire inauguré au printemps 2013 et qui a connu une quinzaine d'agressions majeures en moins de six mois.
Jeudi soir, selon le syndicat, un autre détenu a asséné plusieurs coups de poings à un surveillant qui a reçu 10 jours d'ITT pour une luxation de l'épaule.

Le reportage de Catherine Berra et Guillaume Le Gouic:
Intervenants:
Frédéric Dubarry, responsable local UFAP
Emmanuel Baudin, secrétaire régional FO pénitentiaire
Condé-sur-Sarthe: 20 agressions en 7 mois

La prison de Condé-sur-Sarthe compte 67 détenus condamnés à des longues peines et souvent réputés difficiles. Mercredi, le tribunal correctionnel d'Alençon a condamné à huit ans de prison supplémentaires deux détenus du centre pénitentiaire qui avaient pris un jeune gardien en otage pendant quatre heures, le 30 décembre.
Les ERIS (équipes régionales d'interventions et de sécurité) ont été rappelées ce matin. Arrivés le 1er janvier, ses membres étaient repartis mercredi par mesure d'économie alors qu'ils devaient rester jusqu'à la fin de cette semaine.

Tous les détenus ont des lames. Ils arrachent des morceaux de métal et ils les affûtent


a affirmé Emmanuel Baudin, secrétaire régional de FO pénitentiaire, invité du 12/13
Emmanuel Baudin, secrétaire régional FO pénitentiaire

Les représentants syndicaux soulignent à nouveau la dangerosité du site, réclament des effectifs supplémentaires. Les forces spéciales pénitentiaires, qui avaient sécurisé la prison ces derniers jours, sont attendues dans la journée. Les ERIS (Equipe Régionale d'Intervention et de Sécurité) dépendent du Ministère de la Justice.

Construite il y a 4 mois, la prison considérée comme la plus sécuritaire de France a déjà été le théatre de 6 agressions.

Sur le même sujet

Festival Ouest Park au Havre

Les + Lus