Louis Mexandeau : “Un échec de Philippe Duron constituerait à la fois une injustice et un danger”

Louis Mexandeau toujours au front aujourd'hui à Caen au siège de la fédération du Parti Socialiste / © France 3 Basse-Normandie
Louis Mexandeau toujours au front aujourd'hui à Caen au siège de la fédération du Parti Socialiste / © France 3 Basse-Normandie

Louis Mexandeau, ancien ministre, député socialiste et ancien candidat à la mairie de Caen, apporte son "soutien sans réserve" à Philippe Duron et à sa liste "Le Caen de l'avenir". Selon lui, une défaite de Philippe Duron "constituerait à la fois une injustice et un danger". 

Par J.-B. P.

La voix de Louis Mexandeau est de retour à 18 jours du premier tour des élections des municipales. Il apporte son "soutien sans réserve à Philippe Duron et à sa liste".
Face aux résultats du sondage Ipsos-Steria pour France Télévisions et France Bleu révélé lundi 3 février où Philippe Duron est présenté perdant dans tous les cas de figure, Louis Mexandeau, en infatigable militant, réagit et tente de provoquer un électrochoc dans la campagne de son camarade du PS. L'ancien ministre et député socialiste, candidat pendant 30 ans à la mairie de Caen mais sans jamais avoir réussi à la conquérir, a convoqué la presse aujourd'hui au siège de la Fédération du Parti Socialiste de Caen pour faire ses déclarations. 

Le défenseur du bilan de Philippe Duron 

Louis Mexandeau le dit "tout net" : "Un échec de Philippe Duron constituerait à la fois une injustice et un danger".  Dans sa déclaration, Louis Mexandeau qualifie le bilan de Philippe Duron de "positif". Il répond à la candidate UDI-MoDem Sonia de la Provôté : "Non, madame de la Provôté, Philippe Duron n'a pas abîmé l'image de Caen. Caen est une ville agréable, aérée, plus vivante qu'il y a trente ans". Arguments à l'appui, l'ancien ministre et député socialiste salue l'aménagement de la place Saint-Sauveur, la restauration du palais ducal et les "Rives de l'Orne". Il considère que "l'équipe municipale n'a pas à rougir de son action dans [...] le logement, les solidarités, les transports, la culture [...]."

"Il y a nécessité de rétablir la vérité"

Selon Louis Mexandeau, "il est injuste de faire porter à Philippe Duron les conséquences d'une crise mondiale. " L'ancien adversaire de Jean-Marie Girault pointe particulièrement l'emploi, en rappelant que "son mandat municipal (ndlr : celui de Philippe Duron) s'est exercé à plus de deux tiers à une période (2008-2012) où c'est la droite qui gouvernait."
Louis Mexandeau condamne les attaques des adversaires de Philippe Duron concernant "le cumul des mandats". Il regrette que "les affirmations extravagantes voire calomniatrices, du principal partenaire de Madame de la Provôté (curieusement disparues des tracts récents)" aient "pu finir par trouver un certain écho dans l'opinion."  

Philippe Duron : un vrai projet d'avenir 

Enfin dans sa déclaration, Louis Mexandeau promeut le programme de Philippe Duron et de sa liste "le Caen de l'avenir", selon lui, le candidat socialiste "dispose d'un vrai projet d'avenir sérieux [...] force est de constater qu'aucune des deux listes de droite ne présente de projet véritable pour Caen".
Selon lui, parmi les deux principaux opposants à Philippe Duron, "il y a un vrai problème de compétence, d'envergure." Il s'interroge : "Comment affronter les difficultés avec des équipes faibles conduites par des leaders inexpérimentés, sans audience nationale, bref sans grands moyens". 

Louis Mexandeau : toujours au front 

Louis Mexandeau, 83 ans, candidat à la mairie de Caen pendant trente ans face à Jean-Marie Girault et Brigitte Le Brethon, démontre par sa déclaration son intention d'être militant et engagé tout au long de sa vie pour défendre ses valeurs, ses idées, peser sur le débat public. Il encourage Philippe Duron et ses candidats à davantage faire campagne, aller sur le terrain, rencontrer les Caennais.
Louis Mexandeau a tenu à rappeler qu'il se rend toujours sur le marché le dimanche matin pour parler avec les habitants. Il affirme avoir eu une altercation avec des partisans du Front National dimanche dernier. Il explique avoir retrouvé les quatre pneus de sa voiture crevés lundi dernier. Il a refusé en revanche d'établir un lien entre les deux faits mais a décidé de porter plainte. 




A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus