Cet article date de plus de 6 ans

Eoliennes en mer du Tréport : la concertation avec les habitants et les acteurs locaux commence

Quel impact pour l'environnement, la pêche et aussi pour l'économie locale ? Les questions pourront être posées dans des groupes de travail thématiques mis en place par le préfet de région et le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord
Des éoliennes en mer à Boulogne/mer (photo d'illustration)
Des éoliennes en mer à Boulogne/mer (photo d'illustration) © P. Huguen/ AFP


62 éoliennes en mer au large du Tréport d'ici 2022. Le projet a été autorisé par l'Etat en mai dernier. Il suscite interrogations, craintes voire hostilité. L'instance de concertation a été installée ce jeudi 2 octobre.

"Les répercussions locales d'un projet d'une telle ampleur (62 éoliennes Areva de 8 MW soit 496 mW sur une surface de 92 km2) étant potentiellement importantes, tant sur le plan économique que social et environnemental, les deux préfets référents ont donc décidé de mettre en place un lieu d'échanges et de dialogues entre toutes les parties concernées à quelque titre que ce soit par ce projet (consortium lauréat, services de l’État, collectivités, associations, acteurs socio-économiques...)."

(extrait du communiqué de la préfecture de région)

Sept groupes de travail seront ouverts
 
La préfecture précise :

"L'ensemble des acteurs locaux concernés par le projet a été recensé : État et établissements publics, collectivités locales, associations et acteurs socio-économiques. Une répartition de ces structures dans les différents groupes de travail a été examinée avec le consortium pour que chacun puisse, selon ses compétences, intégrer le ou les groupes le concernant. "

"Le fonctionnement de ces groupes de travail se veut souple et leur composition pourra évoluer pour intégrer un partenaire qui en ferait la demande"

Comment la voix des habitants sera entendue ?


"Pour les particuliers, les instances de débat public sont les lieux privilégiés d'échanges et d'information même si le consortium peut organiser de sa propre initiative des réunions publiques de concertation.

Concernant le débat public, le consortium a jusqu'à début décembre (6 mois après la date de sa désignation comme lauréat) pour saisir la commission nationale du débat public (CNDP) qui décidera des modalités de concertation à mettre en œuvre pour ce projet.

Il n’existe pas de site Internet à ce jour, mais il sera envisagé dans une seconde phase."

(
source : préfecture de région)


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement