Cet article date de plus de 6 ans

Festival planche(s) contact : Sarah Moon expose à Deauville

Depuis 2010, Deauville organise un festival de photographie : PLANCHE(S) CONTACT. L'idée : inviter des professionnels en résidence à s'inspirer de l’une des facettes de Deauville. Cette année, huit photographes se sont prêtés au jeu, dont Sarah Moon, Philippe Ramette et Kristine Thienemann.   
Deauville vu par Sarah Moon
Deauville vu par Sarah Moon © Sarah Moon

Parmi les huit photographes invités, ne manquez pas les coups de coeur de notre journaliste Rémi Mauger. 
durée de la vidéo: 02 min 01
Festival Planches contact


Retrouvez le programme et tous les photographes invités sur le site PLANCHE(S) CONTACT

Sarah Moon est une photographe de mode française. Devenue célèbre pour sa campagne pour Cacharel, elle entame une carrière plus personnelle et artistique et fait de Paris son terrain de jeux, par goût dit-elle, et par « commodité ». Ce sera d’ailleurs à cette époque qu’elle adoptera le Polaroïd noir et blanc avec négatif comme support de son expression.
Elle est exposée aux Rencontres d'Arles en 1980, 1981, 1994, 2005 et 2006.

A Deauville, Sarah Moon a photographié la plage l'hiver, une série intitulée Deauville face à la mer, quand tout est endormi, engourdi par le froid et la tempête.

"Je photographie le privilège, l'évanescence — l'improbable ou la beauté — j'y cherche l'émotion et la quête en est d'autant plus désespérante. Souvent j'envie ceux qui savent photographier la vie. Moi, je la fuis — je pars de rien — je ne témoigne de rien — j'invente une histoire que je raconte pas, j'imagine une situation qui n'existe pas — je crée un lieu ou j'en efface un autre, je déplace la lumière — j'espère le hasard et je souhaite plus que tout être touchée en même temps que je vise". Sarah Moon

© Sarah Moon


Cet artiste sculpteur, photographe et dessinateur est l’auteur d’installations surréalistes qui le mettent en scène dans des postures improbables et illogiques. Ses oeuvres témoignent d'un sens aigu de la démonstration par l'absurde. Ses prises de vues ne subissent aucune retouche ou montage, car l'artiste cherche avant tout à garder le contact avec son travail de sculpteur.
A Deauville dans le cadre du festival Planche (s) Contact, il a réalisé trois « sculptures -installations » : sur la piscine, la plage et la digue.
Philippe Ramette
Deauville vu par Philippe Ramette
Deauville vu par Philippe Ramette © Philippe Ramette


Photographe allemande, Kristine Thiemann développe depuis plusieurs années un travail interactif avec les habitants de villes. Elle cherche à animer ou (dans certains cas) à réanimer la conscience et l'attachement que les habitants ont pour leur ville. 
Deauville vu par KRISTINE THIEMANN
Deauville vu par KRISTINE THIEMANN © KRISTINE THIEMANN


Pour le festival Planche(s) Contact 2014, elle est venue avec son équipe, en mai, à la rencontre des associations de Deauville. Elle a également recruté des figurants et modèles par voie de presse. Entrant vite en complicité avec eux, Kristine Thiemann a inventé des mises en scène décalées en phase avec les réalités de Deauville.
Le travail de Kristine Thienemann

Retrouvez le programme et tous les photographes invités sur le site PLANCHE(S) CONTACT 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
photographie culture art