Coutances: un réseau de voleurs de voitures démantelé

L'enquête sur un vol par effraction commis dans un magasin à Montebourg en janvier dernier a permis de mettre au jour un réseau de vol et de revente de voiture. 11 personnes ont été interpellées le 19 mai dernier.

Le 19 mai dernier, 155 gendarmes ont été mobilisés pour interpeller 11 personnes dans trois départements
Le 19 mai dernier, 155 gendarmes ont été mobilisés pour interpeller 11 personnes dans trois départements © Gendarmerie Nationale
L'opération a mobilisé 155 gendarmes sur trois départements le 19 mai dernier. 11 personnes ont été interpellées dans les Yvelines, le Loiret et l'Eure. Quatre d'entre elles, des hommes âgés de 25 à 47 ans, sont poursuivies pour association de malfaiteurs et vol en bande organisée. Une quarantaine de faits leurs sont imputés, des vols de voiture pour la plupart. Le préjudice est estimé à 500 000 euros. Ces quatres hommes encourent des peines de 15 ans de réclusion criminelle, 150 000 euros d'amende et la confiscation générale de leur patrimoine. Les sept autres personnes interpellées sont soupçonnées de recel.

Tout est parti d'un vol par effraction commis en janvier dernier dans un magasin de cycles, à Montebourg (25 000 euros de préjudice). Les investigations permettent de remonter à quatre personnes. Les enquêteurs poursuivent leur travail et arrivent à relier une quarantaine d'affaire, des vols commis dans les départements de l'Ain, l'Eure la Seine-Maritime et le Calvados. Le 16 mars, une information judiciaire est ouverte. Trois jours plus tard, les interpellations sont menées conjointement dans quatre départements.

Selon le procureur de la république de Coutances, il s'agit d'un réseau très bien organisé ayant des ramifications en Belgique. "Pour écouler les véhicules qui étaient dérobés, les individus commençaient par acquérir des épaves dotées de documents officiels en Belgique qu'ils importaient", explique Renaud Gaudeul, "Ils volaient ensuite des véhicules strictement identiques". Les voitures volées étaient "maquillées" à l'aide des documents officiels récupérés en Belgique et revendues ainsi en France.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter