Cet article date de plus de 6 ans

Avenir des trains Intercités : ce que propose la commission Duron en Normandie

Philippe Duron, député socialiste du Calvados, a rendu ce mardi 26 mai au gouvernement son rapport sur le réseau des trains Intercités. Dans ce document : un constat alarmiste et la préconisation de mesures drastiques, notamment la suppression de cinq lignes. Qu'en est-il en Normandie ?
© Christophe Vilmer - France 3 Haute-Normandie

- La ligne Paris-Rouen-Le Havre

La commission présidée par Philippe Duron reconnaît la compétitivité de cette ligne, surtout sur l'axe Paris-Rouen, le plus fréquenté. Elle propose d'adapter les fréquences avec 22 trains par jour sur le tronçon dominant entre Paris et Rouen. Et 11 trains par jour entre Rouen et Le Havre.

Les arrêts entre Paris et Rouen seraient maintenus ainsi que les arrêts à Yvetot et Bréauté-Beuzeville entre Rouen et Le Havre.

Pour améliorer le potentiel de la ligne, la commission Duron préconise enfin le renouvellement du matériel roulant.

- La ligne Paris-Granville

Une desserte compétitive au regard de son potentiel touristique et de la faiblesse des alternatives existantes.


La commission préconise :

- La ligne Paris-Evreux-Serquigny

Une offre trop marginale en comparaison de l'offre TER sur la même ligne. Pour éviter les doublons, la commission préconise donc un transfert de la ligne Intercités à l'activité régionale.

- La ligne Paris-Caen-Cherbourg

Une ligne à fort potentiel"la SNCF pourrait gagner de l'argent". Comment ? En augmentant les fréquences sur le tronçon dominant Paris-Caen (17 trains par jour), en maintenant la desserte actuelle entre Paris et Trouville-Deauville et sur le prolongement Caen-Cherbourg.

Philippe Duron souhaite également conserver les arrêts actuels sur cette ligne et préconise une meilleure commercialisation à base de "place assise garantie et tarification flexible".

- La ligne Caen-Le Mans-Tours

Une ligne trop peu compétitive au regard de la faiblesse des flux de voyageurs et de l'existence d'une desserte autoroutière proposant de meilleurs temps de parcours.


Le rapport Duron propose donc la reprise de la ligne par les grandes régions Normandie, Pays de la Loire et Centre Val de Loire. Et même : "un autocar de bout-en-bout effectuant un arrêt au Mans [qui] pourrait compléter cette desserte TER".
 
L'intégralité du rapport :
Tet rapport duron from lesechos2


Le reportage de François Pesquet et Philippe Derouet (montage : Stéphanie Letournel), avec les interviews de :

durée de la vidéo: 01 min 45
Le rapport Duron et la Normandie


La réaction des usagers havrais avec ce reportage d'Adèle Desachy et Hervé Guiraudou (montage : Rozenn Méheust), et notamment l'interview de :

durée de la vidéo: 01 min 43
Réactions d'usagers havrais au rapport Duron

 

Décision du gouvernement "mi-2016"
Suite à la remise du rapport Duron, le secrétaire d'Etat aux transports Alain Vidalies a déclaré ce mardi lors d'une conférence de presse que le gouvernement prendrait ses "premières décisions avant la fin du mois de juin pour définir les bases de la convention entre l'Etat et la SNCF".
Convention qui "définit le mode d'exploitation des trains Intercités, ou Trains d'équilibre du territoire (TET)".

Des décisions "complètes et cohérentes" devraient ensuite être prises. D'ici mi-2016.

Un préfet coordonnateur chargé de cette mission devrait être nommé prochainement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie trains régionaux sncf politique