Le 6 juin peut-il servir à autre chose qu’à commémorer la seconde guerre mondiale ?

Un chef d'orchestre américain lors des commémorations du parachutage de la Fière à Saint-Mère-Eglise, le 8 juin 2014. / © Source: AFP
Un chef d'orchestre américain lors des commémorations du parachutage de la Fière à Saint-Mère-Eglise, le 8 juin 2014. / © Source: AFP

Le 74ème anniversaire des commémorations du 6 juin vient de se terminer en Normandie. Si le D-Day a été une nouvelle fois célébré, à Merville-Franceville (Calvados) un hommage a pour la première fois été rendu à un soldat mort en Irak en septembre dernier…

Par SN

Ce mercredi 6 juin 2018, seulement vingt minutes après la fin de la cérémonie internationale à Merville-Franceville, un hommage très particulier a été rendu à un soldat français mort au combat le 23 septembre dernier quelque part en zone syro-irakienne. La commune a en effet inaugurée, après le défilé de l’Union nationale des parachutistes, un nouveau nom de rue en hommage à l’adjudant-chef Stéphane Grenier.


Stéphane Grenier est né à Caen le 2 aout 1983, après s’être engagé en 2003 dans l’armée il avait immédiatement rejoint le 13ème Régiment de Dragons Parachutistes. Son capitaine de régiment explique le symbole de cette date du 6 juin et du lien avec la Normandie : « C’est une terre sur laquelle les premières opérations parachutistes ont eu lieu. On y est attaché et ce lien avec  notre adjudant-chef Stéphane Grenier est fort car en plus il était Normand. Donc il a un vrai sens de continuité et de transmission. »





Si sur le papier cet hommage n'a rien à voir avec le débarquement, Pour le maire de Maire de Merville-Franceville, Olivier Paz, ce mélange des genres a du sens: « Le 6 juin, pourquoi il est célébré ? Parce qu’à l’époque les choses étaient à peu près clair, on savait ou était le bien ou était le mal. C’était lisible comme conflit et là aussi on est dans quelque chose de lisible. C'est-à-dire que si on n’a pas des soldats français pour aller combattre Daesh dans des territoires éloignés, c’est ici que se passe. Donc on est dans quelque chose de très proche.»


Reportage d'Alexandra Huctin Anthony Ducruet et Karine Lepainteur (montage):


Le 6 juin, un jour férié ?


C’est en tout cas l’idée d’un un habitant d’Ussy, près de Falaise dans le Calvados. Comme nous l’explique nos confrères d’actu.fr, Bruno Tremblay a lancé une pétition en ligne sur le site Mesopinions.com pour demander à ce que le D-Day, le jour du Débarquement en Normandie, le 6 juin, devienne un jour férié. Il explique : « Pour le devoir de mémoire envers ceux qui ont combattus pour notre liberté et pour que les générations futures puissent commémorer cette journée qui fut un tournant décisif dans la victoire des alliés face aux nazis, il est important que cette journée soit fériée et chômée afin que chacun puisse leur rendre hommage comme il se doit. ».

Pour l’instant cette pétition n’a recueilli que 23 signature, mais la question des commémorations du 6 juin et de son symbole sera d’autant plus d’actualité lorsque les derniers vétérans et témoins du débarquement auront disparus.





A lire aussi

Sur le même sujet

300 retraités dans les rues du Havre

Les + Lus