L'ancien site Pétroplus se transforme doucement ... mais sûrement

La démolition de l'ancienne raffinerie sera terminée en 2018 / © Patrice Cornily - France 3 Normandie
La démolition de l'ancienne raffinerie sera terminée en 2018 / © Patrice Cornily - France 3 Normandie

20 000 tonnes de ferraille ont déjà été évacuées du site de l'ancienne raffinerie, la démolition sera achevée en 2018 et la dépollution en 2020. En parallèle, l'entreprise Valgo se charge d'aménager terrains et infrastructures pour accueillir de nouvelles activités sur le site.

Par Véronique Arnould

Depuis la fermeture du site en 2013 ...
L'entreprise Valgo, chargée de la réhabilitation environnementale des lieux, a investi l'ancien site pour le démolir et le dépolluer. Tout sera fait d'ici 2020.
Les cheminées sont encore debout mais l'aspect change doucement tout autour / © Patrice Cornily - France 3 Normandie
Les cheminées sont encore debout mais l'aspect change doucement tout autour / © Patrice Cornily - France 3 Normandie

Le PIC, le Pac, le Biocentre ...
Ces appellations désignent des pôles d'activités qui investissent peu à peu les lieux. Le PIC (pôle d'innovation des couronnes) rassemble les entreprises spécialisées dans les activités liées à l'environnement ou les produits pétroliers. Le PAC, c'est le pôle d'activités des couronnes : des parcelles viabilisées pour accueillir petites et moyennes entreprises.

VIDEO / Un reportage de Véronique Arnould et Patrice Cornily avec les interviews de Franck Bouché et Florence Bouché de la société Valgo et de Guillaume Loison - ancien salarié de Pétroplus et co-dirigeant de ASF.

Point sur l'ancien site Pétroplus



Bolloré Energie
L'entreprise va rénover une trentaine de cuves pour y stocker du carburant. L'implantation de ce stockage attire d'autres petites entreprises, de quoi récréer un pôle d'activités cohérent sur l'ancien site de la raffinerie.

© VA - France 3 Normandie
© VA - France 3 Normandie



Quelques chiffres, quelques dates
Le site sera démoli en 2018 et dépollué en 2020. Valgo aura alors évacué 70 000 tonnes de ferraille et 46 000 d'hydrocarbures. Quant aux terres polluées elles seront traitées à proximité dans le Biocentre qui ouvrira en 2016.
Pour l'instant une centaine d'emplois tourne autour du PIC, il pourrait doubler d'ici un an.

Sur le même sujet

Les + Lus