Au Havre et à Rouen, les blocages de raffineries et de dépôts pétroliers se poursuivent

Le blocage devant le dépôt de carburant Rubis à Grand-Quevilly vendredi matin / © Marc Moiroud
Le blocage devant le dépôt de carburant Rubis à Grand-Quevilly vendredi matin / © Marc Moiroud

Les syndicats du dépôt Rubis de Grand-Quevilly ont voté le blocage pour tout le week-end. A la raffinerie Total de Gonfreville l'Orcher, l'acheminement de pétrole est arrêté selon la CGT

Par S. Callier et AFP


Le représentant de la CGT pétrole a appelé ce vendredi matin au blocage des raffineries dans toute la France chez nos confrères de France Info. Il a expliqué : "Le but n'est pas de créer la pénurie" mais "d'obtenir le retrait de la loi travail".

Les syndicats des raffineries de Seine-Maritime ont lancé le mouvement. De fait, une pénurie d'essence est bien constatée par les automobilistes et les entrepreneurs de la région.

Ce vendredi, les 5 syndicats du terminal Rubis de Grand-Quevilly ont voté la poursuite du blocage ce week-end. A Gonfreville l'Orcher, les salariés de la raffinerieTotal voteront à 13h en assemblée générale. Selon la CGT, le pétrole brut ne rentre plus. 

La raffinerie Exxon Mobil de Port-Jérôme est bloquée.

Au Havre, quatre barrages ont été érigés dans la zone industrielle. 

Le point sur les perturbations recensées par les gendarmes de Seine-Maritime (vendredi matin)

© Facebook des gendarmes de Seine-Maritime
© Facebook des gendarmes de Seine-Maritime

Au Havre, un des barrages sur la zone industrielle / © Mickaël Goavec
Au Havre, un des barrages sur la zone industrielle / © Mickaël Goavec

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus