La ville du Havre totalement paralysée ce jeudi 19 mai

3e jour de mobilisation contre la loi Travail ce jeudi 19 mai. La ville du Havre est paralysée par les diverses actions en cours. Le centre-ville, lui, est vide 

Un barrage, posté devant Exxon Mobil, empêche tout approvisionnement en carburant à Notre-Dame de Gravenchon
Un barrage, posté devant Exxon Mobil, empêche tout approvisionnement en carburant à Notre-Dame de Gravenchon © France 3 Baie de Seine
La mobilisation se poursuit au Havre, contre la loi Travail. 
Les manifestants ne relâchent pas la pression et entament une 3e journée d'action. 
Le Havre a même pris des allures de ville morte. 

Ce jeudi 19 mai, 26 points de blocage sont recencés dans l'agglomération havraise, d'après la préfecture de la Seine-Maritime. 
La circulation dans le centre-ville reste très difficile dans certaines zones. 

Le port maritime poursuit son mouvement social. 
L'accès à la zone industrielle reste toujours impossible, notament au pont 8, qui fait face à l'entreprise Aircelle. 

Les manifestants ont bloqué l'un des points d'accès à la zone industrielle, ici le pont 8
Les manifestants ont bloqué l'un des points d'accès à la zone industrielle, ici le pont 8 © France 3 Baie de Seine
© France 3 Baie de Seine
© France 3 Baie de Seine
A Notre-Dame de Gravenchon, des blocages subsistent devant le dépôt pétrolier d'Exxon Mobil, rendant les approvisionnements en carburants compliqués depuis très tôt ce matin. Blocage également chez Total, à Gonfreville-L'Orcher. 

© France 3 Baie de Seine
© France 3 Baie de Seine

A Harfleur, il est encore très compliqué de circuler en direction du Havre, à cause des barrages déployés sur l'axe routier. 
Il en est de même à Caudebec-en-Caux, où les salariés de l'entreprise Révima, sont actuellement en action sous le pont de Brotonne. 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social transports hydrocarbure société baie de seine
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter