Pas de traversées passagers avant fin juin pour l'Angleterre : un député normand "sonne l'alarme"

La Brittanny Ferries vient de repousser la date de reprise des traversées transmanches pour les passagers. La quatorzaine imposée par les Britanniques court jusqu'au 28 juin. Un député normand en appelle au soutien des pouvoirs publics.
"Baie de Seine"
"Baie de Seine" © France 3 Baie de Seine

Depuis le 20 mars dernier, plus aucun passager ne traverse la Manche en direction du Royaume-Uni sur les bateaux de la Britanny Ferries. La compagnie bretonne n'exploite plus, actuellement, que cinq de ses douze navires, exclusivement pour le fret, un service minimum qui n'est pas considéré comme "viable" pour l'entreprise. Dès la fin mars, le directeur général Christophe Mathieu estimait que "en terme de perte de chiffre d'affaire lié à l'activité passagers on va avoir perdu au bas mot 25 millions d'euros à fin avril". La compagnie de transport maritime espérait donc renouer avec les traversées passagers au plus vite. La reprise était fixée initialement au 15 juin.  La Brittany Ferries a dû très récemment revoir ce calendrier. Les voyageurs ne pourront pas reprendre la mer avant le 29 juin.

Une date de reprise encore provisoire car dépendante des autorités britanniques. "D'une part le Foreign and Commonwealth Office (FCO) n'autorise toujours pas les britanniques à voyager à l'étranger pour des raisons non essentielles et d'autre part, depuis le 8 juin dernier, le Royaume-Uni a décrété une mise en quatorzaine pour tous les voyageurs entrant sur le territoire. Cela s'applique également aux britanniques qui rejoignent leur pays après un voyage à l'étranger. Cette quatorzaine est effective jusqu'au 28 juin prochain, date à laquelle la décision de la maintenir ou de la suspendre sera prise", explique Christophe Mathieu, dans un message adressé aux clients de la Britanny Ferries.

Le député Sébastien Jumel demande l'aide des pouvoirs publics

Dans une vidéo postée ce jeudi 11 juin sur les réseaux sociaux, le député de Seine-Maritime Sébastien Jumel indique avoir interpellé, avec plusieurs élus locaux et acteurs économiques, le premier ministre sur la situation du transport transmanche. "De Dunkerque à Roscoff, en passant par Dieppe ou Le Havre, Caen-Ouistreham et Cherbourg, le lien maritime transmanche c'est 20 000 emplois, 1,5 milliars d'euros réinjectés dans l'économie touristique par les Britanniques qui viennent profiter de la France", rappelle l'élu diéppois, qui estime que "les liaisons maritimes sont l'angle mort des politiques de soutien du gouvernement dans cette crise du coronavirus".

Le parlementaire demande "une intervention diplomatique pour régler la question de la quatorzaine", que "les mesures de chômage partiel continue de bénéficier aux liaisons transmanches tant que la situation n'est pas redressée" et que "les prêts garantis par l'Etat du secteur touristique s'appliquent aux liens transmanches". Enfin, Sébastien Jumel préconise la mise en place d'un plan de communication "pour redonner aux Anglais l'envie de découvrir nos côtes".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes économie transports royaume-uni international