Barbecue sauvage sur la RN13 : les "restaurateurs en colère" reçoivent leurs clients en plein air

Alors qu'un appel à la réouverture ce lundi a été lancé sur les réseaux sociaux, quatre restaurateurs et un caviste ont organisé à Moult un barbecue gratuit en plein air pour lancer "un cri du désespoir".

Quatre restaurateurs et un caviste ont organisé ce lundi un barbecue gratuit dans la zone d'activité de Moult, en bord de RN13
Quatre restaurateurs et un caviste ont organisé ce lundi un barbecue gratuit dans la zone d'activité de Moult, en bord de RN13

Il se sont installés juste à côté d'une célèbre enseigne de fast-food. Ce lundi midi, dans la zone d'activité de Moult, l'odeur des grillades rivalisait avec celle des frites du voisin américain. Un barbecue géant et gratuit en plein air. C'est ce que proposaient ce lundi midi quatre restaurateurs et un caviste des environs. "On soutient ceux qui ont pris le risque de rouvrir aujourd'hui", indique Jérôme Parigi, "Nous on on l'a fait autrement, c'est une action commune de plusieurs restaurants avec leurs salariés."

Une autre façon de faire mais une même colère. "On veut avoir une date de réouverture, avoir des informations sur notre futur très très proche", martèle le restaurateur, "On n'a aucune visibilité pour nos entreprises et on ne sait plus quoi dire à nos salariés." Et selon eux, il y a urgence. "Il y a également les cafés, les discothèques. On est tous dans le même bateau, il n'y a pas de capitaine et le bateau est en train de couler. On veut sauver notre peau, celle de nos entreprises et surtout celle de nos salariés."

© EdM

La colère est d'autant plus forte qu'elle se nourrit d'un sentiment d'injustice et d'incompréhension. "Ce qu'on souhaite, ce ne sont pas des aides mais ouvrir, en respectant les règles sanitaires. On est l'un des secteurs qui a le plus investi dans ce domaine, où les règles sont les plus draconiennes et les seuls qui sont fermés, c'est nous", regrette Jérôme Parigi, "On souhaite accueillir nos clients, nos habitués, ceux qui viennent déjeuner chez nous et qui sont sur les chantiers. On fait partie des secteurs "non-essentiels" mais croyez-moi, la restauration est essentielle pour beaucoup.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie mouvement social social