REVOIR. Prix Bayeux 2020 : une 27e édition "particulière" pour une année "absolument hors-norme"

Publié le Mis à jour le
Écrit par CM et AFP

La 27e édition du Prix de Bayeux-Calvados des correspondants de guerre a lieu du 5 au 11 octobre. Les organisateurs n'ont pas fait l'impasse sur 2020, malgré la situation sanitaire, mais ont dû s'adapter. De notre côté, nous diffuserons en direct la cérémonie de remise des prix, samedi 10 octobre.

"Quand j'ai créé ce prix, je m'étais dit, avec probablement un peu d'illusion, que peut-être un jour il n'aurait plus lieu d'être", raconte Jean-Léonce Dupont. L'événement vit cette année sa 27e édition. "Les conflits évoluent dans la forme. Il y a lieu de suivre l'ensemble de ces évolutions et d'être interrgé par un certain nombre de ces évolutions. Et puis, il y a un problème de traitement de l'information avec les fake news. Avoir un prix qui rend hommage à des journalistes qui font un vrai travail, professionnel, de qualité, est quelque chose d'indispensable." Ce samedi 10 octobre, vous pourrez suivre en direct sur la page Facebook de France 3 Normandie la cérémonie de remise des prix de cette 27e édition.
 

Le président du Département n'avait en revanche peut-être pas imaginé ce qu'il qualifie aujourd'hui d'année "absolument hors norme", avec sa crise sanitaire mondiale qui n'a pas manqué de susciter des interrogations chez les organisateurs de ce rendez-vous. "Pendant cette période Covid, qui n'est pas terminée, les conflits ont continué", explique Patrick Gomont, le maire de Bayeux, "Notre volonté c'est toujours de mettre en avant le travail des reporters qui, avec ce contexte sanitaire en plus, ont contribué à nous donner un éclairage sur le contexte géopolitique."
 


Un festival à distance

Le Prix Bayeux a donc bien lieu, du 5 au 11 octobre. Si le fond reste le même, la forme elle connait quelques ajustements pour cette 27 édition "particulière", selon Patrick Gomont. "Nous accueillerons un public moindre et nous aurons une régulation des flux sur certains événements", prévient Jean-Léonce Dupont, "D'habitude, 1500 personnes assistent à la soirée de remise des prix. Nous savons que nous serons environs 700 dans la même capacité pour respecter les distances de sécurité." De même, collégiens, lycéens et apprentis, associés en nombre chaque année à l'événement, assistent au festival d'avantage à distance, via internet.
Si le président du jury, Ed Vulliamy, une grande plume du quotidien britannique The Guardian, est  "prêt pour une quatorzaine" à son retour au Royaume-Uni après Bayeux, les grands reporters sont moins nombreux à faire le déplacement dans le Bessin cette année.  "Plus de la moitié" des 350 à 400 journalistes présents habituellement, participent à cette 27e édition, selon les organisateurs.
 


Une stèle et 49 noms

En revanche, le nombre de candidature n'a pas baissé. 50 reportages écrits, radio ou télé ont été sélectionnés, sur 350 reçus. "La programmation de cette 27e édition est axée sur le Sahel, les violences envers les populations à Hong-Kong", indique Patrick Gomont, "On reviendra également sur ce qui se passe en Afghanistan car le conflité n'est pas terminé, ainsi que sur l'Ukraine avec une exposition faite pas un fixeur. Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre c'est aussi des expositions comme celle consacrée à Vadim. Quand la révolution éclate en 2013, ce commerçant ukrainien décide de filmer les événements. Il est rapidement repéré par des journalistes. Parlant plusieurs langues et doté d'un bon réseau, il devient fixeur, l'un des meilleurs.
Parmi les temps forts de ce rendez-vous, la cérémonie dédiée aux reporters décédés sur le terrain qui s'est tenue le 8 octobre et au cours de laquelle une stèle de 49 noms a été dévoilée. 
 
Un hommage est également rendu au vidéaste yéménite collaborant avec l'AFP Nabil Hasan al-Quaety. Ce père de jeunes enfants a été tué devant son domicile par des tireurs qui ont pris la fuite.

Outre la cérémonie de remise des prix, la salon du livre sera l'autre temps fort de ce samedi 10 octobre à Bayeux. Le public pourra rencontrer des écrivains journalistes et échanger avec eux autour de l’actualité internationale, de la liberté et de la démocratie.