• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Affaire du bébé secoué à Caen : le père écope de 20 ans de prison, la mère n'échappe pas à une condamnation

Photo d'illustration- En France un enfant meurt tous les 5 jours consécutivement à des violences intrafamiliales / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Photo d'illustration- En France un enfant meurt tous les 5 jours consécutivement à des violences intrafamiliales / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

L'affaire remonte à avril 2016. Les parents du petit garçon de deux mois qui a succombé à ses blessures au CHU de Caen sont  condamnés. Le père qui plaidait coupable écope de 20 ans de réclusion, la mère de deux ans avec sursis et mise à l'épreuve pour n'avoir rien dit.

Par Alexandra Huctin

L'audience aux assises du Calvados aura duré trois jours. Trois jours pour analyser comment un couple de 25 ans a pu s'en prendre à ce petit bébé qui ne mesurait que 55 cm au moment de son décès, à l'âge de deux mois et deux jours. Le père était jugé pour violences ayant donné la mort ( 17 côtés cassées à son décès et deux hématomes au cerveau). Et la maman devait répondre de non-dénonciation de mauvais traitement et non-assistance à personne en danger.

Après 3 jours d'audience


Ce vendredi 28 juin 2019, la cour et les jurés les ont condamné respectivement à 20 ans de prison et deux ans de sursis avec une mise à l'épreuve de 18 mois.

En dehors de l'enfant décédé, le couple est parent d'un petit garçon de 6 ans sur qui des traces de violence ont également été détectées, notamment des hématomes sous-duraux. 

L'histoire de cette descente aux enfers chez deux jeunes parents ayant eux-même vécu une enfance violente : 
 

Les faits


Le samedi 23 avril  2016, à Caen, une jeune-femme appelle les secours, constatant que son bébé ne respire plus. Le nourrisson est transporté au CHU de Caen par le Samu. Mais il est trop tard : l'enfant est décédé. 

Les radiographies effectuées sur le corps mettent en évidence plusieurs hématomes et des fractures. Des blessures similaires à celles dont sont victimes "les bébés secoués".

La mère avance la thèse de l'accident. Elle explique aux enquêteurs "avoir chuté dans l'escalier avec son bébé". Mais le père finalement avoue "avoir porté des coups" au petit garçon par jalousie et parce que "ses pleurs (le) rendaient nerveux"

Sur le même sujet

Leprévost et Staut/ parcours à Rotterdam le 23/08/2019- Images FEI

Les + Lus