• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Caen : le Bazarnaom cherche un toit, de toute urgence

Le local du Bazarnaom, rue des Rosiers à Caen / © France 3 Normandie
Le local du Bazarnaom, rue des Rosiers à Caen / © France 3 Normandie

Après douze années d'activité, le Studio 41, "notre salle d’accueil, de résidence, de création, de diffusion et de soirées permissives, déjantées, marginales, voire subversives… ferme ses portes !". Le Bazanaom est à la recherche d'un nouveau local dans l'agglomération de Caen.

Par Pierre-Marie Puaud

Ce jeudi soir, le Bazarnaom invite ses amis, ses soutiens à participer à l'Ultime soirée, une fête à l'image de ce Studio 41, gentiment désaxée, sis rue des Rosiers, à Caen. Mais l'heure n'est pourtant pas à la rigolade. Le collectif n'a nullement choisi de quitter les lieux. "Nous sommes locataires. Le propriétaire vend. Notre baill se termine à la fin de l'été", précise Caroline Bergelin, chargée de l'administration. Le Bazarnaom ne sait toujours pas où loger à la rentrée. "On a eu des contacts avec toutes des mairies de l'agglomération. Pour l'instant, rien ne se profile".
 
 

Cherche un local de  600 m² à Caen et alentours


Le Studio 41 est un lieu de résidence et de représentation que se partagent une trentaine d'artistes et de compagnies. L'endroit permet de rôder un spectacle, de le montrer aux professionnels susceptibles de l'acheter. Il se définit comme étant "une fabrique artistique". "Le fait de partager cet espace, le rapprochement physique créée une émulation. C'est important en ce moment, souligne Caroline Bergelin. Il est promordial d'avoir ce lieu qui favorise la diffusion. Tout le monde sait que la vente de spectacle ne va pas crescendo". 

 


Le Bazarnaom va faire ses cartons cet été, sans savoir encore où il pourra les poser à la rentrée. Le collectif a besoin d'un vaste espace, de 600 m² au moins, situé à Caen ou à proximité. Avis à l'éventuel détenteur d'un toit en manque d'habitant : il aura la garantie que le lieu ne manquera pas de vie.
 

Sur le même sujet

Tramway de Caen : 18 mois de travaux pour tourner la page

Les + Lus