Caen : un chien poignardé à la SPA de Verson, le coupable écope d'une amende de 500 euros

Un homme écope d'une amende de 500 euros pour avoir tué un chien à la SPA de Verson en avril 2017. La cour reconnaît que la prise d'un médicament contre la maladie de Parkinson avait provoqué une altération du discernement. 

La présidente de la SPA de Verson Vanessa Pecullo (à droite) à côté de Maître Kian Barakat
La présidente de la SPA de Verson Vanessa Pecullo (à droite) à côté de Maître Kian Barakat © Laurent Marvyle / France Télévisions

L'affaire remonte au 1er avril 2017. Un chien de berger, Inca, avait été retrouvé mort, poignardé à coup de tournevis, à la SPA de Verson (14). Ce lundi 22 février, l'auteur des faits, un ingénieur d'une cinquantaine d'années, a été reconnu coupable et écope d'une amende de 500 euros.

La cour n'a pas suivi les réquisitions du procureur qui réclamait un an de prison avec sursis contre le quinquagénaire. Elle reconnaît que la prise d'un médicament, à l'époque, contre la maladie de Parkinson, un agoniste dopaminergique, avait provoqué, en effet secondaire, une altération du discernement du prévenu. 

C’est une décision importante. Ça signifie qu'on reconnaît que les troubles du comportement peuvent être causés par des médicaments.

Maître Dominique Mari, avocate de la défense

"Totalement traumatisée"

Au civil, l'accusé devra verser près de 15.000 euros à la SPA de Verson pour effacer les différents préjudices moraux et d'image. C'est une satisfaction pour l'association mais cette dernière est plus circonspecte sur le côté médical du jugement et sur la réelle altération des actes de l'accusé.

Les bénévoles de la SPA, eux, restent profondément marqués. "Je ne peux pas passer devant son box sans être totalement traumatisée", raconte Marianne. C'est elle qui avait retrouvé Inca inanimé en 2017. "Tout ça pour arriver à ce résultat aujourd'hui... C’est encore plus traumatisant."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature justice société