Enquête pour agression sexuelle au Conservatoire de Caen. Une manifestation organisée contre le silence

Deux professeurs du Conservatoire de Caen sont visés par deux enquêtes judiciaires distinctes, l'une pour agression sexuelle, l'autre pour corruption de mineure. Un collectif de parents d'élèves de l'établissement dénonce une "omerta" et réclame des explications.

Le Conservatoire régional de Caen est dans la tourmente. Deux de ses professeurs sont visés par deux enquêtes judiciaires distinctes, l'une pour agression sexuelle, l'autre pour corruption de mineure. Un collectif de parents d'élèves a réclamé des explications à la direction lors d'un rassemblement, mercredi 19 juin, en marge du conseil d'administration de l'établissement, à Caen (Calvados).

La première des deux affaires, révélées par Ouest-France et Le Poulpe, concerne un chorégraphe, également professeur de danse au conservatoire, mis en examen pour agression sexuelle. Selon les éléments recueillis par Ouest-France, l’enquête judiciaire a débuté après la plainte, en 2022, d’une danseuse l'accusant de faits d'agression sexuelle remontant à 2009, alors qu'elle venait d'avoir 18 ans.

Deux enquêtes distinctes

L'enquête préliminaire ouverte suite à cette plainte a abouti, après l'audition de plusieurs élèves du conservatoire, à la mise en examen du professeur de danse pour des faits d'agression sur huit victimes présumées, commis entre 2021 et 2023. Le professeur a été suspendu de ses fonctions par la direction de l'établissement en septembre dernier.

La seconde affaire se rapporte à une enquête pour corruption de mineure, ouverte en février 2024 après la révélation d'une liaison entre un professeur de musique et une élève du conservatoire, alors âgée de 16 ans. Ce professeur, suspendu en début d'année pour trois mois, a depuis retrouvé son poste.

Les deux professeurs mis en cause restent présumés innocents.

La première alerte date de 2022. Si on avait écouté plus tôt, on n'en serait pas arrivé là.

Séverine Lelong, militante d'Osez le féminisme

"Chape de plomb"

Reste que ces mises en examen inquiètent des parents d'élèves du conservatoire, qui se sont rassemblés, mercredi 19 juin, à Caen, aux côtés du collectif Osez le féminisme, pour dénoncer le silence de la direction de l'établissement. "Des parents d'élèves (...) ont déjà demandé plusieurs fois des explications, sans réponse de la part de la direction", évoque le collectif, qui manifestait en marge du conseil de l'établissement. Il dénonce en outre une "silenciation des professeurs auprès du public sous menace sous-jacente pour leur carrière".

"La première alerte date de 2022", au moment de la plainte contre le professeur de danse, rappelle Séverine Lelong, militante d'Osez le féminisme, présente au rassemblement de mercredi. Pourtant, les actes d'agression auraient continué jusqu'en 2023. "Si on avait écouté plus tôt, on n'en serait pas arrivé là", lance-t-elle. Dans le cas du professeur de musique, "pourquoi les suspensions n'ont été prises que maintenant alors que l'affaire remonte à septembre ?", demande la militante.

Les affaires créent beaucoup de tensions à l'intérieur de l'établissement qui nuisent aux projets artistiques des jeunes élèves

Serge Pogam, président de l'Association des parents d'élèves du Conservatoire

"Le problème, c'est cette espèce de chape de plomb, à chaque fois dans ce type d'affaire, pour protéger les institutions. Nous, on réclame surtout la protection des victimes", abonde Séverine Lelong.

 "Certains élèves ne veulent plus faire de la musique, et demandent à changer de professeur", a déploré une mère d'élève, qui souhaite rester anonyme, jointe par France 3.

Une plateforme d'écoute pour les victimes

Le 28 mai dernier, la direction du conservatoire a informé les parents d'élèves des enquêtes en cours dans un courriel. "Je trouve bien qu'on s'intéresse à ce sujet, c'est important", commente Mélanie Diep, dont la fille prend des cours de violon dans l'établissement, apprenant la tenue d'une mobilisation en marge du conseil d'administration.

Sollicitée par France 3, la direction du Conservatoire de Caen n'a pas répondu avant la publication de cet article.

Marc Pottier, le vice-président chargé de la culture à la communauté urbaine de Caen-la-mer, qui est l'autorité de tutelle du conservatoire, s'est rendu mercredi soir au conseil d'administration de l'établissement. Il a annoncé l'ouverture d'une plateforme d'écoute pour les élèves. À terme, a-t-il affirmé à France 3, ce dispositif pourrait être généralisé à toutes les structures de l'intercommunalité qui accueillent des mineurs.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité