• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Gilles-Eric Séralini reconnu par ses pairs avec le prix Theo Colborn

Le professeur Seralini à la remise du prix. / © WIkimedia/ CC
Le professeur Seralini à la remise du prix. / © WIkimedia/ CC

"Pour défendre la santé environnementale de la planète par l'excellence scientifique, le courage, la ténacité et l'activisme"  300 médecins, praticiens et chercheurs, ont décerné le prix Colborn au chercheur normand.

Par France 3 Normandie

Theo Colborn

Ce prix a le nom de cette théoricienne des perturbateurs endocriniens américaine décédée en 2014. Elle est à l'origine de la création de l'ONG  Endocrine Disruption Exchange (TEDX). Cette professeur en pharmacie et militante écologiste a écrit un livre traduit en 18 langues et préfacée par l'ancien vice-président américain Al Gore, "l'homme en voie de disparition", alertant l'opinion publique sur les dangers que nous encourons à cause des pesticides et les leurres hormonaux utilisés par l'industrie chimique.

Gilles-Éric Séralini

Le professeur de biologie moléculaire est chercheur à l'université de Caen. Il a été médiatisé lors de son étude sur les organismes génétiquement modifés et les pesticides. 
Cette première étude, sur le mais OGM, avait été financée par l'ONG Greenpeace. Ses conclusions sont mises en question par le Haut conseil des biotechnologies considérant que l'étude "n'apporte aucun élément scientifique recevable susceptible d’imputer aux trois OGM ré-analysés une quelconque toxicité hématologique, hépatique ou rénale".
Sa deuxième étude, la plus médiatisée, concernait le pesticide le plus vendu au monde, le Roundup, provoque à des niveaux environnementaux faibles des déficiences hépatos-rénales sévères et des perturbations hormonales, comme des tumeurs mammaires. L'expérience avait été menée avec des rats. En 2012, les photos de ces animaux avec des tumeurs géantes avaient fait réagir l'opinion publique et soulevé de nombreuses polémiques. 
Le Professeur normand a fait condamner l'année dernière, pour diffamation, deux journalistes de l'hebdomadaire Marianne qui avait taxé l'étude de " fraude scientifique où la méthodologie sert à conforter des résultats écrits d'avance".
Le communiqué du Prix Théo Colborn salue les travaux du Professeur Séralini "pour défendre la santé environnementale de la planète par l'excellence scientifique, le courage, la ténacité et l'activisme".



 


A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus