Un habitant d'Epron dans le Calvados tiré au sort pour la convention citoyenne pour le Climat

Grégoire Fraty , citoyen tiré au sort pour la convention citoyenne pour le Climat / © France 3 Normandie / Amandine Pinault
Grégoire Fraty , citoyen tiré au sort pour la convention citoyenne pour le Climat / © France 3 Normandie / Amandine Pinault

Il fait partie des 150 Français tirés au sort pour former la première Convention citoyenne pour le climat. Grégoire Fraty, un père de famille de 31 ans habitant Epron, dans le Calvados, partira vendredi 4 octobre à Paris pour un premier week-end de travail. 

Par Aurélie Misery

Un  texto a changé sa vie, et va peut être aussi avoir un impact sur celles de tous les citoyens du monde! Le numéro de téléphone de Grégoire Fraty a été tiré au sort pour participer à la première Convention Citoyenne pour le Climat.
Le 5 septembre, il reçoit un simple texto lui demandant son accord pour participer à cet évènement. Grégoire répond "oui" sans connaître les détails de cette aventure citoyenne.
 
Grégoire Fraty a été invité par texto pour participer à la Convention Citoyenne pour le Climat
Grégoire Fraty a été invité par texto pour participer à la Convention Citoyenne pour le Climat
 

Un Normand représentatif 


255 000 numéros de téléphone ont été tirés au sort par un institut de sondage. Un panel a ensuite été constitué afin de représenter une "mini France" de 150 personnes. Grégoire Fraty fait ainsi partie des 3% de Normands, 49% d'hommes, 21% de détenteurs d'un diplôme supérieur au bac,... nécessaires pour constituer cet échantillon. 

J'ai été surpris. Je n'en avais pas tellement entendu parler. Et puis, je me suis dit pourquoi pas ? Cette démarche de démocratie citoyenne est innovante.


Grégoire Fraty a 31 ans, il est marié et père d'une petite fille d'un an. Il travaille au sein d'une association d'insertion professionnelle. Il a une licence d'histoire et un master d'études européennes. 

Il avoue ne pas être un expert en écologie mais y être sensible. "Je fais mon tri sélectif, je consomme local, je fais attention sans être un radical non plus". D'autant plus sensible qu'il habite près de champs et qu'il sait que son maire "a pris un arrêté anti-pesticides". 

Grégoire va travailler pour la génération future 

Son intérêt pour l'environnement a décuplé lorsqu'il est devenu papa il y a un an.

C'est en faisant les purées pour ma petite fille que je me suis mis à consommer local et bio

Et lorsqu'il a demandé son avis à sa femme avant de s'engager dans le Convention Citoyenne pour le Climat, elle lui a répondu: " Fais le pour notre fille. Agis pour le monde dont elle va hériter". 

6 weekends de trois jours à Paris 

Grégoire a demandé l'avis de sa compagne, car depuis le premier texto du 5 septembre, les détails de sa contribution lui ont été livrés. Le jeune Normand est convoqué six week-ends de trois jours à Paris, du vendredi au dimanche soir. 

"Tout est pris en charge, précise-t-il, de l'hôtel au billet de train, et même un dédommagement pour l'employeur." 

Grégoire commencera dès ce vendredi 4 octobre, et fera la connaissance des 149 autres personnes de sa "promo". 
 
Convention Citoyenne pour le Climat
Le Normand Grégoire Fraty va participer à la Convention Citoyenne pour le Climat

Il ne sait pas vraiment ce qui l'attend (ateliers, échanges, rencontres d'experts et de politiques ...) mais Grégoire espère récolter des informations utiles pour se " forger une expertise ". 

Des propositions pour les Normands

Ses objectifs: émettre à terme des propositions utiles pour la France et les Français, sans oublier l'aspect local. 

Je crains que l'aspect local soit oublié. J'ai envie que des propositions  soient déclinéesdans les territoires, et donc pour ma part en Normandie.

Grégoire Fraty nous donne rendez-vous à la fin de l'aventure, dans 4 mois, pour dresser un bilan sans complexe: "Si cela n'a mené nulle part, je le dirai franchement."

En attendant, il a créé un compte Twitter pour que les citoyens de Normandie, et d'ailleurs, lui appportent leurs contributions, l'éclairent, lui posent des questions et lui fassent part de leurs inquiétudes au sujet du Climat. 
 

 

Sur le même sujet

Gestion de l'incendie Lubrizol : le préfet assume

Les + Lus