Philippe Duron, l'ancien député-maire de Caen, retiré de la politique locale mais pas des transports

En début d'année, Philippe Duron a tourné une page importante de sa vie en quittant la vie politique locale. L'ancien-député maire de Caen n'est pas pour autant à la retraite. Le gouvernement vient de lui connfier une mission sur les transports, un sujet qui l'occuper déjà depuis plusieurs années.
Philippe Duron dans les couloirs de l'assemblée nationale en 2015.
Philippe Duron dans les couloirs de l'assemblée nationale en 2015. © IP3 PRESS/MAXPPP
"Ce soir c’est pour moi le dernier Conseil municipal à Caen. Il clôture 37 ans de vie publique : 25 ans à Louvigny et 12 ans à Caen. Merci à tous ceux qui m’on accompagné dans ces mandats", déclarait fin janvier sur les réseaux sociaux Philippe Duron. L'ancien-député maire de Caen ne savait pas alors que la situation sanitaire allait le contraindre à jouer quelques semaines les prolongations. Mais à la fin du printemps, l'ancien-député maire de Caen, proche de laurent Fabius, a belle bien raccroché sa casquette d'élu local. Il n'en a peut-être pas pour autant fini avec la politique.

Ce vendredi 2à novembre, le ministère des transports a annoné qu'il venait de lui confier une mission sur l'avenir du modèle économique des transports en commun en France, un modèle économique quelque peu chamboulé par la pandémie de Covid-19. "La reprise sera longue et nous nous devons d'anticiper l'évolution de certains usages comme le renforcement du télétravail, l'étalement des horaires, le recours à de nouvelles formes de mobilité", a ainsi indiqué le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.  "Cela pourrait nous amener à reconsidérer le modèle économique des réseaux de transports collectifs"

Potentiellement explosif ?

C'est donc à Philippe Duron que va revenir la tâche délicate d'apporter des réponses, du moins des pistes de réflexion, à une problématique potentiellement explosive, notamment dans les territoires ruraux. Pour preuve, la bataille du rail qui se joue depuis de nombreuses années entre d'un côté les élus locaux et usagers et de l'autre la SNCF. Philippe Duron doit présenter ses propositions au gouvernement d'ici six mois. 
 
La fréquentation des transports en commun a fortement baissé avec la pandémie, ce qui a affecté les recettes commerciales, tandis que la participation des entreprises à leur financement a été émoussée par le chômage partiel et les difficultés économiques. L'État a partiellement compensé ces pertes, estimées à environ 5 milliards d'euros cette année, un effort néanmoins jugé insuffisant par les élus et les transporteurs.
   
Avec cette mission, Philippe Duron ne débarque pas en terre inconnue. L''ancien président de l'ex Région Basse-Normandie a confondé le groupe de réflexion sur les transports TDIE et notamment présidé une commission chargée de mettre de l'ordre dans les projets d'infrastructures, ainsi que le Conseil d'orientation des infrastructures (COI).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie sncf