Pierre, Paul et Anne, les trois cloches de l'église Saint-Pierre de Caen, retrouvent leur beffroi

© Stéphanie Lemaire / France 3 Normandie
© Stéphanie Lemaire / France 3 Normandie

Après 32 mois de travaux à l'église Saint-Pierre de Caen, les cloches, descendues pour raisons de sécurité, vont pouvoir sonner, tinter, retentir, résonner dans les rues de la Ville aux Cents clochers. 

Par L.A /S.P / C.S

Il y a Anne et Paul, respectivement 1150 et 1600 kilos. Il y a Pierre, le "bourdon", 2300 kilos. Sur le papier, l'opération semble déjà démesurée. Mardi 19 novembre 2019, les trois cloches de l'Eglise Saint-Pierre de Caen sont rentrées chez elle, remontées minutieusement tout en haut du beffroi. "Déposées" le 10 mai 2017 elles auront passé deux ans et demi à l'ombre, le clocher étant resté aux mains des tailleurs de pierre et des maçons pour un nettoyage complet et une restauration.

Ce matin-là, le moment est privilégié. Les cloches de Saint-Pierre se hissent délicatement mais surement dans un espace restreint, mètres après mètres. L'opération, exceptionnelle par sa nature, a été préparée de longue date par les Compagnons du Devoir - certains sont présents ce jour-là. Tout est anticipé, pour ne pas cogner les murs. 

"Une cloche d'une tonne et demie qui balance génère une dynamique qui fait que le beffroi bouge toujours un tout petit peu, raconte Edouard Eneil, charpentier. Nous avons donc installé des croix en bois pour contreventer, éviter que la structure entière ne se balance". 
 
Reportage de Stéphanie Potay et Stéphanie Lemaire, avec Emilie Desramé :


Le bois du beffroi date du XVI ème siècle 

Le beffroi, le support qui sert à tenir les cloches a été entièrement descendu et envoyé en atelier pour être restauré. Une opération délicate quand on sait qu'il est composé de 40 tonnes de bois qui ont retrouvé le plancher des vaches. Toutes les pièces, datées de 1595, ont nécessité la plus grande attention, en particulier certaines pièces de chêne d'une longueur de 8 mètres.

"Sur ces 40 tonnes, on en a conservé au moins 50%" explique Edouard Eneil, charpentier. Lorsqu'elles ont été remplacées, elles ont laissé place à du chêne qui a nécessité 7 à 8 années de séchage, puis le tout a été greffé par parties à la place des pièces les plus pourries. 

Premier tintement en trois ans 

Mais revenons aux cloches. Paul, la première à être réinstallée, fait 139 cm de diamètre, pèse 600 kg et elle sonne la note Do dièse 3 - pour les connaisseurs.. Ce jour-là, Lionel Ferret sourit lorsqu'il fait tinter la cloche à l'aide d'un marteau : c'est la première fois en trois ans que sonne le glas à Saint-Pierre. Un glas romain, nous dit le campaniste, car "c'est un glas balancé où le bourdon sonne en volée et les deux autres cloches sonnent en tintement".

"Cela faisait trois ans que Saint-Pierre était silencieux, souligne Clémence Laroche-Joubert, du Centre spirituel de Saint-Pierre. Cela avait mis l'orgue en valeur, mais on est quand même content de retrouver les cloches !"

Le 8 décembre, Monseigneur Boulanger vient célébrer la messe à 11 heures : Anne, Paul et Pierre seront réveillées à cette occasion. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus