Cet article date de plus de 5 ans

Plaine de Caen : moissons tardives et catastrophiques

Cette année, les pertes en blé sont estimées entre moins 30 et moins 50 %. Des moissons catastrophiques qui concernent tous les céréales. La plaine de Caen n’est pas épargnée.
Pierre Rousseaux, céréalier de la plaine de Caen, n’a jamais connu une telle année. D’abord parce que les moissons sont particulièrement tardives : « Trois semaines de retard. On a attendu, piétiné à cause de la météo. Donc, nous faisons appel à des voisins pour finir les récoltes au plus vite avant que le temps tourne. On est le 15 août, la moisson n’est pas terminée : cela devrait être fini. »

Le reportage de Thierry Cléon et Carole Lefrançois :

durée de la vidéo: 01 min 45
Moissons plaine de Caen

Dans ce reportage :

- Pierre Rousseaux, exploitant agricole céréalier

Pierre Rousseaux est associé depuis 2008 avec son père Philippe dans cette exploitation familiale qui existe depuis quatre générations. Ils possèdent 300 hectares de parcelles de blé, d’orge et de pois. Pour Philippe, il n’y a pas eu d’aussi mauvaises récoltes depuis l’année 1976.

durée de la vidéo: 01 min 06
ITW Philippe Rousseaux ©F3BN

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie