Pourquoi le Sénégal a fait suspendre une vente aux enchères d'exception en Normandie

Des livres ayant appartenu à Léopold Sedar Senghor devaient être mis aux enchères ce mardi 16 avril à Caen. Le Sénégal a obtenu la suspension de la vente

Les prix sont relativement abordables : de 10 à 60 euros l'ouvrage. 343 livres, chacun dédicacé de leur auteur, pour la plupart "tombés dans l'oubli", devaient être mis en vente aux enchères ce mardi 16 avril à l'hôtel des ventes de Caen. Mais celle-ci vient d'être suspendue, avant même d'avoir eu lieu. C'est que leur ancien propriétaire n'est pas n'importe qui, un homme de lettres doublé d'un chef d'état : Léopold Sedar Senghor.

En octobre 2023, le Sénégal déboursait la somme de 244 000 euros auprès du même hôtel des ventes pour faire l'acquisition de 41 objets (bijoux, décorations militaires, stylos-plumes en or) ayant appartenu à son ancien président. L'annonce de ces nouvelles enchères avait suscité un certain émoi dans le monde intellectuel sénégalais. Plusieurs universitaires du pays avaient pressé dans un communiqué leur gouvernement de se porter acquéreur des ouvrages afin de "préserver" et "valoriser" ce patrimoine.

Un projet de musée Senghor

Ces derniers semblent avoir été entendus. L'ambassadeur du Sénégal en France, El Hadji Magatte Seye, a indiqué à l'AFP avoir "depuis quelques jours (...) engagé - sur instruction du nouveau président de la République du Sénégal - des discussions avec le commissaire-priseur pour aboutir à la suspension de la vente et trouver un accord pour une vente de gré à gré". Et d'ajouter : "Nous espérons vivement que nous allons aboutir à un accord très rapidement pour rapatrier les œuvres au Sénégal". Les 343 ouvrages devraient être accueillis au sein d'un futur musée Senghor, que le Sénégal souhaite construire en hommage à son premier président.

"L'intérêt de cette bibliothèque, c'est qu'elle permet de voir quelles étaient les affinités intellectuelles de Léopold Senghor, les écrivains avec lesquels il échangeait entre les années 1940 et 1970", explique Me Rivola, spécialiste des livres anciens, jugeant que cela donne "une photographie des personnalités qui gravitaient autour de M. Senghor et son œuvre dans l'immédiat après-guerre".

Poète et écrivain, Léopold Sédar Senghor a été un chantre de la Négritude, un mouvement pour la défense des valeurs culturelles du monde noir qu'il a fondé dans les années 1930 avec le Martiniquais Aimé Césaire et le Guyanais Léon Gontran Damas. Il est décédé en 2001 à Verson, en Normandie, à l'âge de 95 ans.