• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

SM Caen : Roland Courbis pique une colère et fustige “un sprint final totalement faussé”

Roland Courbis, le co-entraîneur du Stade Malherbe de Caen, en conférence de presse le jeudi 9 mai 2019
Roland Courbis, le co-entraîneur du Stade Malherbe de Caen, en conférence de presse le jeudi 9 mai 2019

Le Stade Malherbe de Caen, qui lutte pour son maintien en ligue 1, reçoit ce samedi à d'Ornano le Stade de Reims. En conférence de presse, Roland Courbis a regretté que certaines grosses équipes ne jouent pas à leur meilleur niveau en cette fin de saison.

Par CM

Alors que le suspense est à son comble à trois journées de la fin de saison, le Stade Malherbe luttant toujours pour son maintien, son (co) entraîneur a fait ce jeudi en conférence de presse cette déclaration surprenante : "Sincèrement, même si on n'est pas là pour s'amuser, je trouve qu'il n'y a rien d'amusant dans ce challenge, je pourrais même être malpoli en disant que je m'emmerde". Et Roland Courbis de piquer une grosse colère.

Car, ce n'est pas sa mission qui "l'emmerde" mais la prestation de certains acteurs majeurs du championnat qui le contrarie, le PSG, Rennes et Strasbourg, qu'ils qualifient de "sympathiques distributeurs de points", des clubs qu'il accuse de ne plus jouer à leur meilleur niveau."On est en train de vivre un sprint final qui est complètement faussé", s'emporte le coach.  "Quand nous recevons le PSG et que nous faisons le meilleur match possible que nous puissions faire, nous avons un PSG, avec Cavani et Neymars blessés à quatre jours d'un match contre Manchester, qui nous laisse Mbappé jusqu'à la 92e minute. Dommage de ne pas les rencontrer maintenant." On imagine que la récente déclaration de Thomas Tuchel sur son équipe qui "joue les matchs un peu comme des matchs amicaux" doit hérisser le poil de l'entraîneur de Malherbe.

Nous servons de sparring-partner aux Rennais


Qui s'attaque ensuite à nos voisins bretons. "Quand nous nous pointons à Rnnes, nous servons de sparring-partner aux Rennais. Rennes demande le report du match contre Nîmes, c'est accepté et c'est bien qu'il y ait une solidarité entre les équipes françaises. Mais nous, on se pointe à Rennes et on nous met l'équipe type qui jouera contre Arsenal quatre jours après." Or ces trois équipes ont récemment affronté, sans briller, ou vont rencontrer prochainement des adversaires directs du Stade Malherbe dans la course au maintien. "Je regarde le calendrier et je me dis que j'aimerais rencontrer ces trois équipes là plutôt que Reims, Lyon et Bordeaux."

évidemment gagner le match mais aussi le gagner en bien jouant


Et le premier sur la liste sera ce samedi 11 mai au Stade d'Ornano pour un match qui ne s'annonce pas forcément évident. "Super parcours des Reimois, 49 points pour un promu, bravo au passage", a tenu à saluer Roland Courbis, avant d'ajouter : "le dernier match les oblige à se remobiliser parce que prendre trois buts devant son public contre l'autre promu, ce n'est pas quelque chose qui fait plaisir." Et le coach de fixer à son équipe deux objectifs : "gagner le match, bien évidemment, mais le gagner aussi en bien jouant ce que nous n'avons pas fait à Guingamp."

Sur le même sujet

Le chantier de l'hôtel Hilton face au port de plaisance du Havre est enfin lancé

Les + Lus