Cour d'assises du Calvados : Emmanuel Tenret condamné à 25 ans de prison pour le meurtre de David King

Publié le Mis à jour le

Dans leur verdict rendu ce jeudi soir, les jurés n'ont pas suivi les réquisitions de l'avocat général qui avait demandé la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.

Il avait faim. Emmanuel Tenret "n'avait pas mangé depuis plusieurs jours" précise son avocat Hadrien Gillier en s'adressant aux jurés. Son client, poursuivi pour le "meurtre aggravé" de son voisin a raconté :
 

J'étais dans le besoin à ce moment-là. J'ai perdu la raison. J'ai vu le congélateur par la fenêtre. Je suis entré par effraction. Malheureusement il est revenu plus tôt que prévu.


Que s'est-il alors réellement passé ? Les deux jours d'audience n'auront pas permis d'éclaircir toutes les zones d'ombre de cette affaire. L'accusé admet être à l'origine "du ou des coups" qui ont provoqué la mort de David King. Mais il dit ne se souvenir de rien. "Un trou noir". Une amnésie "non simulée" selon un expert psychiatre à laquelle l'avocat général ne croit guère.
 

"Un trou noir" : l'accusé dit ne se souvenir de rien


"Je n'ai jamais voulu tuer M. King. Au contraire. J'ai beaucoup de regret. Je ne comprends pas ce qui m'a amené à faire tout ça", a ajouté Emmanuel Tenret. Son voisin était un modeste garagiste à la retraite. Il vivait à Pierres depuis une quinzaine d'années, en subsistant avec ses 300 euros de pension de retraite et les légumes de son jardin. David King a succombé à ses blessures, "treize coups portés à la tête". L'arme du crime n'a jamais été retrouvée. Les enquêteurs n'ont d'ailleurs jamais été en mesure d'identifier l'objet, l'outil qui a provoqué "des éclatements sur le crâne".
 

Après le meurtre, vraisemblablement commis à l'automne 2014, Emmanuel Tenret, qui est toujours sans revenu, profite de la maison de son voisin disparu. Pendant plusieurs semaines, il se sert dans le garde-manger, dans le congélateur. Il prend des douches. David King a été retrouvé dans le puits de l'accusé en avril 2015.

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité