Filière équine : mutualiser les emplois à temps partiels pour faciliter l'activité dans le Calvados

La Chambre d'agriculture du Calvados a un projet de mutualisation des emplois agricoles pour répondre aux besoins souvent non satisfaits des professionnels. La filière cheval est concernée.Il s'agit à la fois de répondre aux besoins des établissements et de faciliter l'emploi.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans le secteur agricole les besoins des exploitants agricoles en matière d'emplois sont souvent saisonniers et/où à temps partiels. Pas facile dans ces conditions de trouver des femmes et des hommes interessé(e)s car eux, de leur côté, sont à la recherche d'emplois sans ruptures de charge. La filière cheval ne fait pas exception.

Faciliter l'emploi

La chambre d'agriculture du Calvados travaille à mettre sur pied un Groupement d'employeurs agricoles. En clair, mutualiser les besoins pour faciliter l'accession à des emplois durables et donc l'activité. 
On peut ainsi facilement imaginer un saisonnier travaillant chez un pépiniériste de janvier à avril, ramassant des fraises d'avril à août avant de se tourner vers un producteur de pommes de terre le reste de l'année.


Des besoins réels connus

Dans la filière équine, un projet similaire avait vu le jour en 2011 par le biais du Conseil des Chevaux de Basse Normandie. Il s'agissait de créer à l'échelon local des groupements via des associations. Les besoins étaient connus et réels mais l'opération s'était heurtée aux difficultés de mise en œuvre administratives : plusieurs associations voulaient dire plusieurs bureaux à désigner, des présidents à élire, ....  Et l'opération avait capoté.
L'idée aujourd'hui serait de gérer cet aspect à l'échelle départementale ; les éleveurs, les centres équestres, bref les professionnels seraient de simples adhérents sans avoir à se préoccuper de l'aspect administratif.

Des contrats partiels

Après les tenants du projet sont conscients des difficultés. Il faudra trouver des moyens d'allier les besoins souvent similaires de certaines entités comme par exemple les clubs hippiques pour lesquels les nécessités d'enseignants se concentrent les mêmes jours.
Pour autant ce pourra être une bonne solution pour les Palefrenier-soigneur, ou les agents d'entretien dans les haras ou les contrats sont souvent de 12/15 heures par semaine qui ne trouvent jusqu'alors pas ou peu preneurs. La valorisation passe par le cumul du temps avec la juxtaposition de demandes de plusieurs établissements.


3 phases

Depuis avril les promoteurs de la démarche font un état des lieux : une photographie de l'existant et des besoins. Les premières informations recueillies sur les postes à pourvoir correspondent à 40 ETP sur le Calvados. Demandes qui ne sont pas non plus satisfaites par la concurrence (agences d'intérim) devant faire face aux mêmes difficultés.
Une étude de l'existant dans d'autres départements, d'autres régions a été menée : les Deux-Sèvres, le Morbihan ou l'Ille-et-Vilaine...
La 3ème phase est prévue durant le dernier trimestre 2015 : il s'agira de prendre les décisions et appliquer les modalités induites par l'observation.

Inscriptions - infos pratiques

Les premiers retours sont très positifs dans l'ensemble de la filière concernée y compris la filière équine. Mais il est évidemment encore possible d'exprimer autant ses besoins que les budgets que l'on compte allouer.
Le questionnaire est en ligne : cliquez ici

Correspondante
Jennifer Marie
Chambre d'agriculture du Calvados
0231702528
st1ca@calvados.chambagri.fr