Cet article date de plus de 6 ans

Saillies naturelles ou inséminations artificielles. Tout savoir en 6 questions et 8 photos

Le temps des naissances et des poulains à venir. Monte naturelle, insémination artificielle directe ou via des paillettes congelées. Nous avons suivi en clinique Thomas, vétérinaire percheron et Charlie, inséminatrice. Vous saurez tout en 6 questions et 8 photos. Prochain épisode : en élevage.

Pourquoi une insémination artificielle ?

L’insémination artificielle a été rendue possible avec les progrès de la science mais aussi favorisée pour des raisons économiques. « Les risques sanitaires existent dans la monte naturelle : les infections ou les blessures toujours possibles durant les saillies disparaissent en cas d’insémination. »



Quel avantage ?

Hier par la monte naturelle, un étalon pouvait saillir une à deux juments par jour. Aujourd'hui avec l'insémination artificielle, la capacité de reproduction est bien plus importante. « Produire beaucoup de poulains c’est aussi permettre une sélection plus facile donc favoriser des progrès génétiques. La chance de détecter les très bons parmi 250 sujets est plus importante que dans un nombre plus restreint. »


Quelle est la réglementation ?

Le Pur Sang ne peut être exploité qu'en monte naturelle. Pour le Trotteur Français il n'est autorisé que l’insémination immédiate donc forcément sur place. «  Aucun transport de semence n’est possible ». Les chevaux de sports enfin, « on fait ce que l'on veut. Sur place en immédiat, ou par l’intermédiaire de paillettes congelées ou en monte naturelle ».



Quelles conséquences ?

Cela peut expliquer que pendant longtemps, la qualité des trotteurs a été moins bonne au sud de la Loire. « Les meilleurs reproducteurs se trouvant dans l’Ouest, les grandes distances ne simplifient pas la propagation des « Tops Etalons ». Pour les éleveurs de PACA, prendre un camion et monter dans les temps d’ovulation de la jument, l’attendre ou venir la récupérer… C’était beaucoup de contraintes logistiques. Les gains de performances ont été bien plus grands parmi les chevaux de sport.»


Une méthode meilleure qu’une autre ?

«La non intervention humaine est malgré tout gage d’efficacité… Le meilleur taux de fécondité est encore généré par le mode traditionnel : la monte naturelle. Elle précède l’insémination immédiate, en frais, sur place, avant la semence transportée. Enfin l’insémination par paillettes (congelées) ferme la marche. Les spermatozoïdes n’aiment pas les chocs thermiques. Ils n’apprécient donc ni la congélation, et moins encore la décongélation. »



Quelle est la carrière d’un étalon ?

Un cheval de course devient étalon par les performances sur les champs de courses. « C’est la raison pour laquelle il est bien rare qu’un étalon- je n’ai pas d’exemple à l’esprit, pour les galopeurs- cumule les deux activités. Les trotteurs peuvent cumuler : ils sont prélevés 3 fois par semaine et peuvent continuer à s'entraîner et courir. »
Pour un cheval de sport le choix va dépendre de différents critères et d’un système de sélection. « La génétique, son ascendance, puis ses résultats en compétition dans les cycles classiques jeunes chevaux.  En clair il gagne ses galons sur le terrain mais reste étalon s’il continue a être un bon « performer » en concours.  Il mène ses deux carrières de front. Grâce à l’insémination artificielle. »




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval animaux