"Ils pourront assister à l'examen de leur moto" : Pour apaiser les motards, des centres de contrôle technique misent sur la pédagogie

Le contrôle technique obligatoire pour les engins légers (deux roues motorisées, quad, voiturettes) de plus de 5 ans entre en vigueur ce lundi 15 avril 2024. Pour tenter d'adoucir la colère des motards, certains centres de contrôle techniques envisagent de permettre au pilote de suivre l'examen de leur véhicule.

"Dans l'arrêté, il y a un alinéa qui précise que les motards peuvent assister au contrôle. Moi, c'est ce que je compte faire". Thomas Mauduit est directeur de plusieurs centres de contrôle technique dans le Calvados.

Une pédagogie nécessaire et bienvenue

Lui-même motard, il entend autoriser les pilotes qui le souhaitent à l'accompagner durant les tests qu'il réalisera prochainement, maintenant que le contrôle technique des véhicules de plus de 5 ans est obligatoire. Si une telle pratique est interdite lors de l'examen des automobiles, le spécialiste estime qu'elle se justifie dans ce nouveau cas de figure, même si plusieurs de ses confrères ne partagent pas son avis.

La personne présentant le véhicule est autorisée à pénétrer dans la zone de contrôle à l'invitation du contrôleur pour aider celui-ci à manipuler le véhicule dans le respect des consignes de sécurité de l'installation de contrôle et des instructions données par le contrôleur en cours de contrôle.

Extrait de l'arrêté du 23/10/2023 relatif au contrôle technique des véhicules motorisés à deux ou trois roues et quadricycles à moteur

Samedi dernier, les motards ont bruyamment manifesté leur opposition à cette nouvelle obligation réglementaire dans plusieurs villes de la région. À Caen, entre 1500 et 2000 bécanes ont défilé dans les rues, du stade d'Ornano à la Préfecture, en passant par le viaduc de Calix.

Un boycott des examens et de certains centres de contrôle

Dans une campagne baptisée "Balance ton centre", ils invitent les pratiquants à boycotter non seulement l'examen de leurs motos, mais aussi les centres de tests qui proposeraient les examens des deux roues. "Comme l’immense majorité des motards sont aussi des automobilistes, il s’agit de remettre le citoyen et le consommateur au centre du jeu, annonce la Fédération Française des Motards en Colère sur le site internet dédié.

Elle invite ses partisans à "aller faire vérifier son auto dans un centre qui n’a pas pris la franchise moto", afin que "les grands acteurs du contrôle technique réalisent qu’ils ont plus à perdre avec les motards qu’à gagner avec eux".

L'aspect possiblement contre-productif de réaliser les contrôles techniques pour les deux roues, Thomas Mauduit en est bien conscient. C'est pourquoi, outre la pédagogie d'une présence lors des vérifications, il envisage aussi d'adapter ses prix en fonction des clients. Et il en aura, puisque depuis un mois, il reçoit quotidiennement en moyenne une vingtaine d'appels de motards pour des prises de rendez-vous.

Si j'ai un client qui vient avec sa voiture, et avec une ou plusieurs motos, je ne vais pas lui faire payer plein pot tous les contrôles. Ca n'aurait aucun sens ! Je dirige une entreprise, mon intérêt, c'est de faire en sorte que mes clients reviennent.

Thomas Mauduit, directeur de centres de contrôle technique dans le Calvados

Car, comme pour les voitures, il n'y a pas de règle en matière de facturation d'un contrôle technique. Si la moyenne se situe à 77 € pour les automobiles, il existe des secteurs, comme la Corse, où les prix peuvent atteindre 100 € selon le site Mon contrôle technique.

Un professionnel est donc en droit de pratiquer la tarification qu'il souhaite. En ce qui concerne la nouvelle obligation pour les véhicules très légers, la plupart des centres de contrôle prévoient d'adapter les prix en fonction de la taille des engins, et du temps nécessaire pour réaliser les examens.