Les pompiers du Calvados sont rentrés de Turquie après une semaine au coeur des décombres du séisme

Des pompiers du Calvados ont été au coeur des décombres du séisme en Turquie durant une semaine. Ils ont sauvé un jeune homme durant leur mission. Ils sont rentrés, ce mercredi 15 février, à Caen.

Après un voyage de quelques heures, ils posent le pied à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, ce mercredi 15 février, en début d'après-midi. On peut lire le sourire sur les visages des trois pompiers du Calvados de l'association Pompiers Missions Humanitaires qui retrouvent leurs proches. Une immense fatigue est là aussi, après leur mission intense d'une semaine au cœur des décombres, suite au terrible séisme qui a frappé la province du Hatay, au sud de la Turquie. Nicolas Marie, membre de l’association Pompiers mission humanitaire et pompier professionnel du SDIS 14, nous confie : 

"J'ai seulement dormi une heure en 48h, je ne sentais pas la fatigue jusqu'à présent mais ça y est tout retombe, je suis vraiment épuisé".

Nicolas Marie, Pompier

Mercredi 8 février matin, trois pompiers, une infirmière et un médecin de l'association, basée à Ifs près de Caen (14), partent pour la Turquie. Dès leur arrivée sur place le jeudi, ils constatent l'ampleur des dégâts : "On nous a déposé à un rond-point et des militaires et des membres d'associations sont venus tout de suite nous chercher pour aider à trouver des victimes dans les décombres grâce à notre caméra" raconte Nicolas Marie.

durée de la vidéo : 00h00mn36s
Le groupe de pompiers de l'association Pompiers Mission Humanitaire du Calvados en mission humanitaire en Turquie sont de retour à Caen ce mardi en début d'après-midi. ©Pompiers Mission Humanitaire du Calvados

Ils vont d'ailleurs, ce jour-là, sauver un jeune homme de 20 ans des décombres, après 6 heures d'intervention. Il n'était que légèrement blessé, après 5 jours, enfoui sous les gravats. 

"On a toujours continué à chercher. Les opérations étaient intenses, avec peu de moments de répit. Même la nuit, ça ne s'arrête jamais. Les Turcs et les associations travaillent sans cesse, on se relayait avec les températures négatives et un taux d'humidité à 80%", explique le pompier, encore sous le coup de l'émotion.

D'autres pompiers n'ont pas pu relayer l'équipe rentrée

D'autres membres de l'association Pompiers mission humanitaire devaient relayer l'équipe rentrée ce mercredi. Mais ils ne peuvent pas partir, faute d'autorisation de la part des autorités turques : "Ils sont déçus... Pour entrer dans la zone, il faut un accord avec le pays. Nous, nous avons pu rentrer la semaine dernière, avec la sécurité civile. On est neuf jours après le drame, on ne retrouvera plus de survivants à ce stade, c'est donc le ministère de la Santé turque qui prend le relai, mais nous n'avons eu aucun retour".

En effet, le ministère de la Santé doit gérer une crise nationale sur place. Les pompiers du Calvados ont constaté que l'aide humanitaire sur place est déjà très forte. La priorité pour le gouvernement est, selon eux, de déplacer les personnes et les familles vers des camps extérieurs de la zone touchée : "Beaucoup de gens se retrouvent avec des blessures qui n'ont pas été soignées, les gens se retrouvent dans des conditions insalubres sur place, le risque d'infections qui se multiplient est important".

Les bénévoles de Pompiers mission humanitaire avaient mis sur pied un petit hôpital. Les pompiers qui devaient les relayer avaient notamment pour mission de poursuivre les soins sur place : "On est impatient d'y retourner et, qui sait, peut-être que les choses vont se décanter concernant l'autorisation de se rendre en Turquie, on l'espère !"ajoute Nicolas Marie, le sourire aux lèvres.

L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité