Confinement : la Préfecture s'oppose au couvre-feu mis en place à Lisieux jusqu'au 31 mars

© ChristopheMeunier@francetélévisions
© ChristopheMeunier@francetélévisions

Constatant le non respect des règles de confinement et déplorant des infractions durant la nuit, le maire de Lisieux, Bernard Aubril a décidé de durcir le ton en imposant un couvre-feu. Le préfet du Calvados a demandé au maire de retirer cet arrêté. 

Par CM

Ce n'est pas la première fois que Bernard Aubril impose un couvre-feu à Lisieux. Dés 2009, et durant plusieurs été, cette mesure de restriction de circulation nocturne a été mise en place pour les jeunes de moins de 13 ans. Elle a même été apppliquée en pleine période hivernale, en 2015, suite à une recrudescence des incendies criminels. Ce vendredi 27 mars, le maire de Lisieux impose de nouveau un couvre-feu qui s'applique à tous, sans limite d'âge, de 22 heures à 5 heures du matin, et ce jusqu'au 31 mars.
 
Seule exception : "les personnes intervenant pour des missions de service public et se déplaçant pour leurs activités professionnelles". L'arrêté cite ainsi les personnels soignants, les services de secours, les livreurs de nécessités vitrales ou encore les artisans boulangers et les commerçants alimentaires.

Cette mesure forte, déployée dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de coronavirus, fait suite, selon le maire, au non-respect par certains habitants des règles de confinement. "Je constate qu’un certain nombre de nos concitoyens circulent encore dans les rues de Lisieux la nuit ne respectant ni les recommandations du gouvernement ni les gestes barrières nécessaires pour garantir la santé de tous", indique Bernard Aubril. Des récents  feux de poubelles dans le quartier de Hauteville qui "ont mis en danger la vie des pompiers" et des dégradations nocturnes au stade Bielman ont également motivé cette décision.

Le couvre-feu est établi à partir de ce vendredi 27 mars et ce jusqu'au 31 mars.

La Préfecture du Calvados demande le retrait de cet arrêté


Pour la préfecture, cet arrêté "n'a pas d'effet utile". "Les circonstances locales ne justifient pas dans les faits une limitation supplémentaire et  extraordinaire à la liberté d'aller et venir, alors même que celle-ci fait déjà l'objet d'un fort encadrement", indique la Préfecture du Calvados qui demande au maire Bernard Aubril de bien vouloir retirer cet arrêté. Le maire de Lisieux a répondu ce matin que "si la Préfecture veut le retirer, qu'elle le fasse et prenne ses responsabilités.

Sur le même sujet

Les + Lus