Les nouveaux visages de l'agriculture normande, Pauline et Alexandre au coeur des vergers du pays d'auge

Ils sont jeunes et heureux d'entamer une nouvelle page de l'histoire familiale, Pauline et Alexandre Desfrièches ont pris les rennes du domaine du Lieu Chéri, à coté de Lisieux en 2018. Alexandre a pris le relais de son père, rejoint par son épouse qui pour l'occasion a quitté son métier d'origine.

Pauline et Alexandre forment un duo complémentaire dans leurs vergers du lieu chéri.
Pauline et Alexandre forment un duo complémentaire dans leurs vergers du lieu chéri. © DR

La famille Desfrièches exploite le domaine du "lieu chéri" depuis quatre générations. L'exploitation cidricole située entre Lisieux et Pont-l'Evëque compte une quinzaine d'hectares de vergers sur la commune d'Ouilly-le-Vicomte.

La nouvelle génération a pris le pouvoir en douceur, naturellement, quand Fabrice a pris sa retraite il y a trois ans et transmis le flambeau à son fils Alexandre, qui travaillait avec lui depuis plus d'une dizaine d'années. Le cidre, c'est en effet une histoire de famille, depuis que l'arrière grand-père Alfred s'est lancé dans l'aventure en vendant son produit dans les cafés dans les années 30.

Alfred Desfrièches, le fondateur de la cidrerie familiale
Alfred Desfrièches, le fondateur de la cidrerie familiale © DR

Alfred fut rejoint juste après la guerre par son fils Serge, lequel fut aidé à partir des années 70 par son fils Fabrice. Aujourd'hui Alexandre, trente-sept ans forme un duo avec son épouse Pauline, vingt-neuf ans. Commerciale chez un concessionnaire agricole, Pauline a quitté son travail pour venir travailler avec son mari.

Un choix naturel

Prendre la succession de son beau-père etait une suite logique dans la vie professionnelle de Pauline. Elevée dans une ferme laitière à quelques kilomètres dans l'Eure, elle a toujours vécu dans cet univers agricole. Quand elle s'est mariée, elle est venue vivre avec son époux avec qui elle a deux enfants. Alors quand l'heure de la retraite a sonné pour son beau-père, elle n'a pas hésité.

Tout cela s'est fait naturellement. Je vivais déjà sur place et mon mari ne pouvait pas s'occuper de l'exploitation seul, alors j'ai décidé de venir travailler avec lui

Pauline Desfrièches

Pauline et Alexandre, un duo complémentaire
Pauline et Alexandre, un duo complémentaire © DR

 

Si Alexandre est déjà un producteur de cidre expérimenté, Pauline a du repasser par la case école avant de prendre la succession de son beau-père. Une formation d'un an dans l'établissement public agricole "Le Robillard" de Saint-Pierre-en-Auge, le temps d'apprendre les rudiments de la production cidricole. "Je voulais tout savoir sur les vergers et la partie transformation, comment on fabrique le cidre avec les differentes méthodes possibles" ajoute Pauline qui revendique cette année de formation, indispensable selon elle pour être à la hauteur de sa mission.

Chacun son métier

La répartition des tâches s'est faite naturellement entre les époux. Alexandre s'occupe des vergers, de la taille et de l'entretien des sols et Pauline prend en charge le commercial et l'administratif. Quand à la transformation , les deux s'en occupent séparément ou ensemble. Si la crise sanitaire a mis les ventes en sommeil, la petite entreprise familiale fonctionne bien. La cidrerie du lieu cheri produit soixante cinq milles bouteilles par an, tous produits confondus.

Le cidre de l'exploitation s'exporte jusqu'au Japon
Le cidre de l'exploitation s'exporte jusqu'au Japon © DR

Un choix de vie 

En travaillant ensemble aux destinées de la cidrerie familiale, Pauline et Alexandre ont fait aussi un choix de vie. Même si parfois ils ne se voient pas de la journée, le couple partage la même passion en famille, avec leurs deux enfants agées de cinq et quatre ans.

Depuis que l'on travaille ensemble sur l'exploitation , on a une qualité de vie formidable, on passe beaucoup de temps avec nos enfants

Pauline et Alexandre Desfrièches

 

Des que la crise sanitaire le permettra, le domaine du lieu cheri ouvrira à nouveau ses portes aux visiteurs désireux de découvrir le pressoir ou la distillerie. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie agriculture économie salon de l'agriculture