Municipales 2020 à Lisieux : le chômage au cœur du scrutin

Publié le Mis à jour le
Écrit par D.F avec JY.G

Dans un peu moins de deux mois aura lieu le scrutin des municipales. A Lisieux, sous-prefecture du Calvados, le résultat s'annonce indécis, même si le maire actuel brigue un 5e mandat. Le problème de l'emploi local est au centre des programmes.

Les 15 et le 22 mars prochains, les habitants de Lisieux pourront choisir de conforter leur maire ou non. Au pouvoir depuis 20 ans, il pourrait apparaître favori, mais les candidats sont encore une fois  nombreux. En 2014 comme en 2008, Bernard Aubril (sans etiquette) l'avait emporté au second tour, lors d'une quadrangulaire.

Sur place, l'emploi reste une des grandes inquiétudes.
Ces dernières années, de nombreuses usines ont fermé, notamment Plysorolz en 2012 (70 salariés) ou Wonder dans un passé beaucoup plus éloigné (244 salariés).
Une bonne partie des emplois industriels sur Lisieux se trouve regroupée sur les pôles d'activités de Glatigny et de l'Espérance. Un lieu symbole du renouveau économique, selon  Bernard Aubril.

Pour faire venir des chefs d'entreprises, des cadres, il faut que la ville soit attractive, il faut travailler sur le centre ville, sur les activités proposées et le dynamisme du centre ville.
Bernard Aubril, Maire de Lisieux depuis 2001

Le taux de chômage, en baisse, reste plus élevé que la moyenne nationale, notamment chez les jeunes. La ville accueille pourtant un IUT ou sont inscrit 220 élèves chaque année.
 
Pour la socialiste Clotilde Valter cela ne suffit pas. Beaucoup de jeunes Lexoviens souffrent en effet d'un niveau de connaissance très bas. L'effort doit donc porter sur la formation professionnelle.

Le maire doit fédérer les énergies et mobiliser les acteurs économiques, de la formation et l'université pour que les jeunes du territoire trouvent un emploi et la possibilité de se qualifier sur le territoire.
Clotilde Valter, candidate PS à Lisieux


Même type de constat pour Alain Angelini. A 70 ans, ce gérant de société, passé en politique par les écologistes et le modem, a reçu l'investiture du rassemblement national.

La chambre de commerce, la mission locale, les organismes de formation comme l'AIFCC, il faut que tout le monde se rencontre avec par exemple une convention annuelle, pour résoudre le problème du chômage.
Alain Angelini, candidat RN à Lisieux


Le chômage des jeunes, on sait ce que sait dans le quartier de Hauteville. Il atteint ici des sommets. Insupportable pour Melissa Lebreton qui a passé une partie de son enfance entre ses tours.
Cette ancienne socialiste, aujourd'hui soutenue par la République en marche, souhaite créer une école du numérique

Dans ce type de formation, peu importe le niveau de la personne. On peut avoir un CAP ou moins, et apprendre. Et cette école (du numérique), je veux l'implanter ici, à Hauteville.
Mélissa Lebreton, Candidate sans étiquette à Lisieux


Le quartier de Hauteville va changer de visage dans les prochaines années avec un vaste plan de rénovation urbaine.
Le centre-ville lui a déjà commencé à bénéficier de travaux de réhabilitation. L'enjeu est d'importance car un centre-ville attractif c'est des emplois et de la richesse, il y a urgence selon Sébastien Leclerc, député Les Républicains.

La galerie des Mathurins était équipée de nombreux commerces. Elle les a vu fermer les uns après les autres. C'est symptomatique. Il n'y a plus assez de chalands pour faire vivre les commerces.
Sébastien Leclerc, candidat LR Lisieux


Dernière candidate en lice, Sylvie Grandin (SE), infirmière libérale de 61 ans. Conseillère municipale entre 2012 et 2012 à Lisieux, puis depuis 2014 à Beuvillers, elle a son cabinet depuis 32 ans dans le quartier Hauteville. Elle s'est exprimée également sur le thème de l'emploi chez nos confrères du Pays d'Auge.

On pourrait lancer un grand plan de rénovation de friches. Les locaux seraient mis à disposition des entreprises, gratuitement dans un premier temps, avant de leur faire payer un loyer quand elles seront développées.
Sylvie Grandin, Candidate sans étiquette à Lisieux


Ils sont donc six candidats pour l'instant sur ces municipales 2020 à Lisieux. Mais d'autres peuvent encore se déclarer jusqu'au 27 février