Son agresseur condamné à huit mois de prison : "il n'a pas réalisé que c'était plus grave de frapper un maire"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pierre-Marie Puaud
Bruno Lethuillier a été agressé à coup de matraque devant son domicile le 23 octobre
Bruno Lethuillier a été agressé à coup de matraque devant son domicile le 23 octobre © France Télévisions

Un jeune homme âgé de vingt ans a été condamné à huit mois de prison ferme par le tribunal judiciaire de Lisieux pour avoir agressé le maire du Faulq qui intervenait sur un rodéo sauvage le 23 octobre. La révocation de deux sursis porte sa peine à quatorze mois de prison. Il a été écroué.

Le maire du Faulq tenait à assister à l'audience, pour savoir, pour comprendre. "C'est un gamin un peu paumé. Quand on entend ce qu'a été sa vie, ça ne pardonne rien, mais on saisit un peu mieux", mesure Bruno Lethuillier. Le prévenu a grandi à quelques kilomètres de sa commune. "Il a déjà eu d'autres condamnations. Quand même, il connaît le système, ça devrait le faire réfléchir..."

 

Le samedi 23 octobre, un rodéo sauvage rassemble 70 véhicules, des voitures et des deux roues, sur une petite route du Faulq près de Lisieux. Le maire de cette commune de 340 habitants se rend sur les lieux pour demander aux participants de s'en aller. "Il m'a ensuite suivi jusqu'à chez moi. Il a reconnu qu'il savait que j'étais le maire". Selon le parquet de Lisieux, Bruno Lethuillier reçoit alors "au moins deux coups de matraque, un au visage et un à la main" qui lui vaudront quatre jours d'interruption temporaire de travail.

À la barre du tribunal judiciaire de Lisieux, le prévenu a regretté son geste. "Il s'est excusé et il est tombé en larmes", explique l'élu face à ce jeune homme "qui n'a pas réalisé que c'était plus grave de frapper un maire. Il touche quand même à un symbole. Mais c'est sûr qu'il ne se rendait pas compte de l'importance que ça allait prendre". Cette nouvelle agression d'un élu a en effet suscité l'émoi. Le préfet du Calvados s'est d'ailleurs constitué partie civile au nom de l'État.

"Sur le coup, ça m'a choqué, mais en 22 ans de conseil municipal, ça ne m'était jamais arrivé". Le maire n'entend pas renoncer à son mandat, mais il concède qu'une prochaine fois, il prendra la précaution d'appeler les gendarmes avant d'intervenir. "Depuis une semaine, je suis submergé de messages. Deux ministres m'ont appelé dont le garde des Sceaux. Des gens m'ont écrit, j'ai même eu une lettre d'une dame de Lyon. Comme quoi ça concerne tout le monde. Je remercie tous les gens qui m'ont soutenu". 

Bruno Lethuillier espère aujourd'hui pouvoir tourner la page, maintenant que la justice s'est prononcée. Cette semaine, l'organisateur du rodéo avait déjà été condamné à deux mois de prison avec sursis et ce vendredi, son agresseur a été placé sous mandat de dépôt : "quatorze mois de prison, c'est déjà lourd".

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.