Lucie, le bébé rhinocéros du Cerza : "C'est une bête à câlins"

durée de la vidéo : 00h01mn51s
Réouverture du parc Animalier, le Cerza, situé près de Lisieux, avec la découverte de lucie, une rhinocéros de 3 mois ©Stéphanie Lemaire et Cassandre Dewaegeneire

Depuis le 1er février, le parc animalier du Cerza, près de Lisieux, ouvre de nouveau ses portes au public, avec une nouvelle pensionnaire : Lucie, un bébé rhinocéros blanc, qui pèse déjà 120 kg.

Depuis quelques jours, Lucie découvre une nouvelle espèce. Des êtres humains, de toutes petites tailles, qui donnent la main à leurs parents, avec des yeux écarquillés. Il faut avouer que ce bébé-là peut être impressionnant.

À la naissance, le 4 novembre dernier, ce rhinocéros blanc pesait déjà 40 kg. Sa croissance est exponentielle. À trois mois, elle affiche déjà 120 kg et plus tard, Lucie atteindra le poids sa mère, à savoir, plus de deux tonnes.

Et dire qu'ils sont végétariens. Herbivore, le rhinocéros se contente de foin, mais en quantité. Prévoir 40kg par jour pour chacun. Heureusement, les voisins agriculteurs peuvent fournir.

Son papa s'appelle Chris, c'est l'animal le plus ancien du parc, arrivé en 1992. Au Cerza, deux espèces de rhinocéros coexistent, les rhinocéros blancs d'Afrique et les rhinocéros indiens. Le parc compte depuis sa création une dizaine de naissances de ce mammifère, qui se montre très affectueux avec les soigneurs.

"En milieu sauvage, le rhinocéros peut être agressif, on ne s'en approche absolument pas. Mais en parc, c'est très différent. Ils adorent les caresses. Il faut faire attention tout de même, car ils ont de la force mais ils sont très attachants.

Nous les habituons très jeunes aux câlins, car cela nous aide à leur prodiguer des soins. Rien qu'en les caressant, on parvient à faire un prélévement sanguin, une piqûre et à les ausculter. Nous n'avons pas besoin de les anesthésier et c'est bénéfique pour tout le monde

Xavier Michel, responsable animalier du parc animalier Cerza

Vivement le printemps ... 

Un peu plus loin, du haut de leur 5m 80, les girafes savourent. La neige, c'est joli sur une photo, mais ces conditions météo les empêchent de sortir. Heureusement, ces derniers jours, les températures se sont adoucies, elles peuvent profiter un peu plus de leur terrain de jeu.

L'hiver reste en effet une période particulière, où les soigneurs redoublent d'attention, en surveillant davantage leurs pensionnaires.

"Nous avons établi un protocole de sortie en fonction du climat. Entre 0 et 5 degrés, les girafes vont dans un pré parc pour se dégourdir les jambes. Entre 5 et 10 degrés, elles peuvent passer quelques heures dans notre "plaine africaine" de 6 ha. Au-dessus de 10 degrés, elles sortent toute la journée. ", précise Xavier Michel.

 ... et le goûter 

Tout au long du parcours, où vivent 1500 animaux, les enfants auront peut-être remarqué une espèce à la queue annelée en noir et blanc, impatiente et toute excitée de retrouver les visiteurs. Car à l'heure du goûter, les petits êtres humains sont autorisés à lâcher la main des parents pour donner à manger à ces lémuriens, qui ne pèsent que 3kg, en moyenne.