• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Les Normands dans la Grande guerre de 1914-1918

© Archives musée de Normandie, ville de Caen
© Archives musée de Normandie, ville de Caen

Bien qu'éloignée du front, la Normandie n’a pas été épargnée par la guerre, ne serait-ce que par l’ampleur des pertes humaines, mais aussi par la présence des services de l’arrière. A l'heure des commémorations du 11 novembre 1918, voici deux expositions à voir dans le Calvados. 

Par Aurélie Misery

11 novembre 1918, à Caen, le carillon des cloches de Saint-Pierre annonçaient la fin d'une longue guerre meurtrière de quatre ans. Un soulagement pour les Normands. Car bien qu’éloignée du front, la région n’a pas été épargnée, ne serait-ce que par l’ampleur des pertes subies en première ligne par les soldats normands. Au total, 83 000 Normands sont morts au combat. 

Pendant la Grande guerre, en Normandie, avaient été installés de nombreux services de l’arrière (services de santé, intendance, administration…), les unités de mobilisation et de dépôt des régiments, des centres de réfugiés et des casernes de prisonniers.  
"Les munitionnettes" de la Société normande de Mettalurgie à Mondeville / © Archives du Calvados
"Les munitionnettes" de la Société normande de Mettalurgie à Mondeville / © Archives du Calvados

Pour mieux connaître le rôle joué par les Caennais, il vous reste encore quelques jours, jusqu'au 11 novembre, pour visiter l'exposition "A l'Ouest du nouveau, les Caennais dans la Grande guerre" au Musée de Normandie, dans l'enceinte du château, caserne du prestigieux 36éme RI de 1875 à 1923. 

A lire également : "Les Normands dans la Grande guerre" (OREP éditions), de Jean-Yves Meslé, Marc Pottier et Sophie Pottier. 

A la médiathèque de Potigny, Le Prix de la Victoire…? , une exposition à hauteur des civils. 

"Il s'agit de comprendre comment on percevait la guerre dans un village comme Potigny et aux alentours", explique le commissaire de cette exposition, François Fichet de Clairfontaine.

Pour cela, l'exposition s'appuie sur des journaux d'époque, des affiches, des publicités et des lettres apportées par les habitants. "Le but est de plonger le visiteur dans la réalité de 1918". 
 
© François Fichet de Clairfontaine
© François Fichet de Clairfontaine

Le public pourra aussi en apprendre davantage sur le village de Potigny, et ce qu'on appelait "la seconde tranchée", autrement dit l'arrière. Pendant la Grande guerre, il accueillait une garnison de soldats Polonais. "Les civils et les militaires ne se côtoyaient guère qu'au bistrot", s'amuse François Fichet de Clairfontaine. 
 
Les soldats en garnison à Potigny / © Coll P. Ferrand
Les soldats en garnison à Potigny / © Coll P. Ferrand

Une exposition à voir jusqu’au samedi 1er décembre à la médiathèque de Potigny.
François Fichet de Clairfontaine présentera son livre consacré aux civils dans la Grande Guerre le samedi 10 novembre dès 14 h. Conférence à 17h. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus