• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Loin des tranchées, la guerre de 14-18 en Normandie

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

En retrait de la ligne de front de la Grande Guerre, la Normandie et les Normands ont pourtant joué pleinement leur rôle. Certains pans de cette histoire sont d'ailleurs méconnus ou restent même encore à découvrir...

Par CG

Cette année 2018 est marquée par les commémorations du Centenaire de l'armistice de la première guerre mondiale. Toute cette semaine, nous vous proposons de revenir sur des faits et des lieux marquants de l'histoire de la Première guerre mondiale, en Normandie.

 

Granville, une ville de garnison pendant la première guerre mondiale


1er aout 1914 : mobilisation générale à Granville, ville de garnison, comme partout en France. Le régiment de Granville se met en ordre de marche et 3 500 hommes quittent la ville le 8 août dans l'émotion des familles. 300 d'entre eux vont mourir dans les premiers combats à Charleroi les 21 et 22 aout. A ce moment-là, des réfugiés arrivent du Nord de la France et de la Belgique, mais aussi des blessés. 
Quand aux indésirables, des hommes et des femmes ressortissants de l'empire allemand et austro-hongrois présents en France, ils sont incarcérés à la corderie Aubert, près de Granville ou, pour 650 d'entre eux, envoyés sur l'archipel de Chausey.

L'usine Dior est connue pour fabriquer des engrais, des produits chimiques et va se reconvertir en industrie de guerre et elle va fabriquer des explosifs et des gaz asphyxiants. P. Fissot, historien

Les entreprises locales vont se reconvertir dans l'économie de guerre, comme Dior, connue pour sa production de produits chimiques, va produire des gaz asphyxiants, ou la fonderie Nivard qui va fabriquer des obus.
Granville pendant la guerre de 1914 - 1918 - feuilleton 1 / 4 novembre 2018
Intervenant :
Patrick Fissot, historien spécialiste de la première guerre mondiale

Reportage : Thierry Cléon, Cyril Duponchel, Franck Leroy et Xavier Gérard

 
 

Les Chinois, oubliés de la Grande Guerre

Dans le petit cimetière britanique d'Arques la Bataille en Seine Maritime, sont ensevelis 72 Chinois. Ils sont arrivés en France comme beaucoup d'autres travailleurs chinois, venus des Etats Unis à partir de 1916 pour suppléer au manque de main d'oeuvre en France, les hommes étant mobilisés sur le Front.
Ils ont travaillé dans les usines de munitions, sur les chantiers navals normands ou même sur les champs de bataille.

Ils creusaient des tranchées, nettoyaient les zones de bataille...Ils travaillaient 7 jours sur 7, 10 heures par jour. ... La population leur jetait des pierres, les appelait "Chintok.  Li Ma, professeur à l'Université du Littoral Côte d'Opale.

Tous étaient volontaires, appréciés pour leur efficacité et docilité, on leur promettait de bons salaires. Certains ont habité dans des camps comme celui de Collombelles (Calvados) ou encore à Blangy sur Bresle (Seine-Maritime), Cherbourg (Manche), Dieppe ou Caen.
Au total, en France, on estime à 140 000 le nombre de travailleurs Chinois venus en France pour travailler, dont 5 000 ont perdu la vie.
Les Chinois, travailleurs oubliés de la première guerre mondiale - feuilleton 2 sur 4 novembre 2018
Intervenants :
Li Ma, Professeur à l'Université du Littoral Côte d'Opale
Christophe Lentz, professeur d'histoire
Georges Charles, passionné d'histoire et auteur du blog "Tao-Yin"

Reportage de Jean-Baptiste Pattier, Jérôme Bègue, Alexis Molina Mounier

 

Les hôpitaux nord américains du Tréport


Installées au pied du Trianon, le Grand Hôtel de la cité portuaire du Tréport, de simples toiles de tente puis des baraquement en bois ont servi d'hôpitaux pour les soldats nord américains pendant la première guerre mondiale. L'endroit a été choisi en 1915 pour sa proximité avec le front et les moyens de communication. Plus de 300 000 soldats britanniques, canadiens et américains ont été soignés dans ces hôpitaux dont il ne reste plus rien aujourd'hui.
Au Tréport, les hôpitaux de la première guerre mondiale - feuilleton 4 sur 4 novembre 2018
Sur les hauteurs du Tréport en Seine Maritime, des hôpitaux de campagne ont été installés pendant la première guerre mondiale pour soigner 300 000 soldats britanniques, canadiens et américains. Il ne reste plus rien aujourd'hui de cette présence, hormis les cimetières. - France 3 Normandie - Jean-Baptiste Pattier
Intervenant :
Jean-Luc Dron

Un reportage de Jean Baptiste Pattier, Jérôme Bègue, Xavier Robert et Alexis Molina-Mounier
 


Les Britanniques au Mont Canisy


293 soldat de la guerre 14-18 reposent dans le petit cimetière britannique de Tourgeville, dans le Calvados. Ils ont séjourné dans les installations sanitaires implantées à partir de 1917 sur le Mont Canisy, dans l'arrière pays de Deauville. Ces quatre hôpitaux militaires ont permis le désengorgement du Havre et l'accueil de 30 000 hommes entre 1917 et 1919, blessés et convalescents britanniques. 
Il ne reste quasiment rien de ces baraquements, construits en bois pour la plupart, même si des découvertes de fondations en béton se font encore aujourd'hui.
 
Les vestiges de la première guerre mondiale au Mont Canisy (Calvados) - Feuilleton novembre 2018
Intervenants :
Jean Moisy, historien local
Frederick Verbauwhede, Président de l'association des Amis du Mont Canisy

Reportage : Thierry Cléon, Arnaud Chorin, Régis St Estève, Marc Michel, François Hauville
 

  
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus