• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Une bombe de près d'une tonne remontée par un chalutier à Ouistreham

Illustration, filets / © BELPRESS/MAXPPP
Illustration, filets / © BELPRESS/MAXPPP

Le chalutier Tangaroa, alors en zone de pêche à 6 nautiques (11 km) au nord de Ouistreham (14), a remonté une bombe allemande datant de la Seconde Guerre Mondiale dans ses filets vers 5 heures ce jeudi matin.

Par L.A.

Jeudi 18 avril 2019, vers 5 heures du matin, le bateau de pêche Tangaroa remonte une bombe allemande datant de la Seconde Guerre Mondiale dans  ses filets. Rapidement, le Groupe des Plongeurs Démineurs (GPD) de la Manche est appelé à intervenir pour remettre à l'eau l'engin en sécurité.
Une bombe de près d'une tonne remontée par un chalutier / © Préfecture maritime Manche Mer du Nord
Une bombe de près d'une tonne remontée par un chalutier / © Préfecture maritime Manche Mer du Nord

Une bombe qui représente toujours un danger

La munition, une LMB 1000, une Luft Marine Bomb de près d'une tonne, représente toujours un danger. Selon les spécialistes, un simple mouvement, notamment avec le navire, peut suffire à percuter son amorce et mettre à feu la charge militaire qu'elle contient.

L'hélicoptère Caïman de la Marine nationale stationné à Maupertus (50) a décollé à 5h30 en embarquant depuis la base navale de Cherbourg cinq personnels du GPD Manche qui ont été treuillés à bord du canot tout-temps "Sainte Anne des flots" de la station SNSM de Ouistreham.

Le canot tout-temps facilite l’embarquement de l'équipe GPD et permet d'évacuer l'équipage du Tangaroa afin de ne les mettre en lieu sûr pendant l'opération.

La bombe remise à l'eau jusqu'à son contre-minage

La munition a été remise à l'eau à 8 heures à l'aide de sangles et sa position géographique enregistrée pour un contre-minage qui sera assuré prochainement.

La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord rappelle qu'il convient de signaler sans délai toute découverte d'engin historique en mer ou sur l'estran :
  • au CROSS (numéro de téléphone : 196),
  • au sémaphore
  • ou à la gendarmerie les plus proches en précisant : la nature et la description de la munition (avec photo).

Sur le même sujet

3 cafés gourmands

Les + Lus