Cet article date de plus de 4 ans

Cherbourg, capitale mondiale des énergies marines renouvelables en 2018

La Normandie organisera dans deux ans la plus grande conférence mondiale sur les EMR. Sa candidature a été préférée à Washington par l'ICOE.
Des hydroliennes produiront bientôt de l'électricité dans le Raz Blanchard.
Des hydroliennes produiront bientôt de l'électricité dans le Raz Blanchard.
La Normandie, avec plusieurs projets dans ses cartons dans le domaine des énergies marines renouvelables (trois parcs éoliens offshore à Courseulles, Fécamp et Le Tréport, une ferme hydrolienne au Raz Blanchard, l'un des trois plus gros potentiels mondiaux pour l'énergie hydrolienne), un réseau de recherche et d'entreprises en pointe sur ce créneau, a su convaincre l'International Conference on Ocean Energy (ICOE).

Sa candidature a été préférée à celle de Washington pour accueillir mi-2018 la plus grande conférence mondiale sur les énergies marines renouvelables (EMR), une conférence qui rassemble tous les deux ans 600 à 900 experts et visiteurs ainsi qu'une centaine d'exposants venus du monde entier. Les acteurs principaux de ce secteur en plein développement seront réunis à Cherbourg dans deux ans. D'ici là, l'usine d'hydrolienne de DCNS/Openhydro y aura débuté son activité. Le permis de construire a été déposé en mai dernier.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement société éolien