Commerçants en colère : la mairie de Rouen met un terme aux travaux de la rue Massacre

Gênés par les chantiers dans le centre-ville de Rouen, les commerçants de la rue Massacre ont poussé un cri de colère. Il a été entendu par la mairie qui annonce mettre un terme aux travaux de la rue piétonne.
La mairie a décidé de mettre un terme aux travaux publics dans la rue Massacre.
La mairie a décidé de mettre un terme aux travaux publics dans la rue Massacre. © Amandine Pointel - France Télévisions

Leur appel n'a pas été vain. Les commerçants de la rue Massacre, en centre-ville de Rouen ont poussé un cri de colère, mercredi 3 mai 2020, suite à des chantiers dans la rue piétonne. Finalement, après la diffusion de notre reportage, la mairie a décidé de suspendre la rénovation des pavés dans la rue Massacre.
 

Un reportage de Sylvie Callier et Didier Meunier - France Télévisions.

Après deux mois de fermeture, les enseignes comptent sur le déconfinement pour renflouer les caisses. Une tâche qui se revèle délicate avec l'arrivée d'échauffadages et de camions de chantiers dans cette rue étroite, expliquent les commerçants.

Hier c'était la réouverture des terrasses et (le chantier) commence... C'est pas super ! Surtout que ça fait du bruit, de la poussière et pour les clients ce n'est pas agréable.
Marianne Cheron, restauratrice.

Même constat pour Sarah Foucher, gérante d'une boutique de bijoux, qui a alerté sur les réseaux sociaux des difficultés économiques que pouvait engendrer une telle situation.

Voir cette publication sur Instagram

⚠️😡 Pendant que des groupes de soutien aux commerçants sont en train de se créer, que nos clients nous soutiennent et sont au rendez vous pour la réouverture, que la solidarité est plus présente que jamais, la ville de Rouen décide de donner son accord pour refaire la toiture d'un immeuble du 28 mai au 7 juillet, et comme si cela ne suffisait pas, elle décide aussi de refaire les pavés de notre rue. Aucun commerçant n'a été prévenu, autant vous dire que si nous avions su nous aurions été mieux de fermer le jour où le camion était collé à notre vitrine.. Qui a envie de s'engager dans une rue comme ça ? Personne.. Et nos clients nous disent bien qu'ils viennent parce qu'ils connaissent mais que sinon ils n'auraient pas emprunté cette rue pleine de poussière, de bruits et de camions. Nous n'avons rien contre le fait de faire des travaux, qui sont certainement nécessaires et qui permettent de garder notre rue aussi jolie, mais nous trouvons le moment très mal choisi après deux mois de confinement. Nous pensons aussi aux quatres restaurants de la rue, qui devaient ressortir leur terrasse aujourd'hui... La rue massacre n'est composée que de boutiques indépendantes, c'est ce qui fait son charme et que les gens aiment tant. Ce serait dommage que certaines ne s'en relevent pas à cause des décisions de leur propre ville, censée aider les commerces à sortir la tête de l'eau. Courage à toute la rue massacre 💪😘

Une publication partagée par Mille 7 cent 8 (@mille7cent8) le

Rénovation des pavés

Le chantier permettrait de rénover les pavés de la rue Massacre. Des travaux publics qui auraient dû être effectués au mois de mars, mais la période de confinement est venue perturber l'agenda de la métropole. Les travaux avaient donc été reportés à une date ultérieure. 

Les travaux de la rue Massacre ont été interrompu dès le jeudi 4 juin
Les travaux de la rue Massacre ont été interrompu dès le jeudi 4 juin © Amandine Pointel / France Télévisions

Fin du chantier "dès aujourd'hui"

Face aux nuisances subies par les commerçants, ils prendront fin dès aujourd'hui (jeudi 4 juin), assure le cabinet municipal. Une bonne nouvelle pour Sarah Foucher qui se réjouit de pouvoir de nouveau accueillir ses clients sans "camion collé à la vitrine".

"On est tous d’accord pour dire que les travaux sont importants et qu'il faut les faire, mais le moment n'est pas bien choisi. On a perdu beaucoup d'argent pendant le confinement. En tant que boutique indépendante, nous n'avions pas un gros stock à écouler, mais en terme de ventes, on était à -60 % par rapport à d'habitude", estime la gérante. 

Un second chantier, sur une toiture privée, ne sera cependant pas interrompu. Mais Sarah Foucher l'assure, "c'est déjà mieux que rien".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société travaux publics économie déconfinement