Confinés, pour ne pas compter les jours... comptez les oiseaux ?

La nature se réveille, les arbres bourgeonnent, les oiseaux chantent. En un mot, c’est le printemps.  La période est idéale pour observer la nature et la faune de votre point de confinement. Et en profiter pour faire de la science. On vous dit tout.

 

© www.publicdomainpictures.net
Comme chaque année, le muséum d'histoire naturelle et la LPO lancent une opération de comptage des oiseaux. En raison des circonstances, l'opération a été baptisée "confinés mais aux aguets".

C'est une période finalement privilégiée en raison du confinement actuel : à la ville, comme à la campagne l’absence de circulation automobile, de trains, d’avions, permet de profiter du silence, de ne plus entendre ce « bruit de fond » auquel, finalement, on est tous habitué.

Et soudain, on entend « mieux » les oiseaux, ou tout au moins on les entend « de plus loin ».  

Comment compter les oiseaux ?

Pas besoin d’être ornithologue, ni même d’avoir un jardin. Il suffit d’avoir une fenêtre, des arbres à proximité, un bon sens de l’observation, une bonne ouïe et le tour est joué. Une paire de jumelles peut aider mais ce n’est pas obligatoire.
Pour bien reconnaître les oiseaux, des "fiches espèces" sont disponibles sur le site Oiseaux des Jardins. La photo des oiseaux, leurs caractéristiques, taille, comportement y sont décrits précisement.

A quoi ça sert ?


Tout d’abord, c’est une expérience scientifique collaborative.

Grâce à vos observations, vous participerez à l’évaluation de la population des oiseaux à la fois sur le nombre et sur la diversité des espèces. Au final, les données collectées par la LPO servent à dresser des cartes qui recensent, grâce aux observations,  les parcours des oiseaux, les nidifications à venir.

Ces cartes permettent également de mesurer l’arrivée précoce, ou non, de certaines espèces ou encore, l’influence des espaces urbains sur les oiseaux. 

Quant à vous, personnellement, vous aurez travaillé votre sens de l’observation, développé votre regard. Pour toutes les familles qui sont confinées avec des enfants, c’est aussi l’occasion d’un moment de partage et de sensibilisation à la nature.

Et si d’aventure, vous voulez aller « plus loin », et que vous avez l’équipement nécessaire, vous pouvez tenter la photographie animalière.

Combien de temps ?


Le comptage des oiseaux ne nécessite pas de rester toute la journée dans un abri, juste 10 minutes mais uniquement consacrées à cette activité. C’est avant tout par une observation régulière que les relevés seront probants.

Pour tous ceux qui sont en télétravail, c’est peut-être le temps d’une pause, l’occasion d’exercer son esprit à « autre chose », bref, « de s’évader ».
 
JP Frodello de la LPO Normandie
Contacté par nos soins, le directeur de LPO Normandie, Jean Pierre Frodello évoque cette période particulière. Il n’est pas encore possible de mesurer l’impact de cette période où les activités humaines sont « en sommeil » mais certainement celle-ci aura un impact car, notamment, les collisions avec les automobiles sont réduites. Pour le moment, rien ne permet de dire que les oiseaux sont plus nombreux, mais ils sont plus présents dans notre vie quotidienne.
JP Frodello évoque également l’après confinement et rappelle à tous que, dès que possible la LPO reprendra ses sorties « nature ».
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société loisirs nature animaux vie associative