Coronavirus : le Calvados et l'Eure placés en "zone rouge"

Le Calvados et l'Eure sont désormais  placés en vulnérabilité élevée. Cette décision, prise lorsque le virus est considéré comme circulant activement dans une zone, peut entraîner des restrictions de déplacement et de rassemblement pour éviter la propagation du virus.

Les jauges d'accueil des salles de spectacles et des stades (ici Michel-d'Ornano à Caen) seront-elles restreintes dans le Calvados et l'Eure ?
Les jauges d'accueil des salles de spectacles et des stades (ici Michel-d'Ornano à Caen) seront-elles restreintes dans le Calvados et l'Eure ? © Sameer Al-DOUMY / AFP
Le Calvados et de l'Eure ont rejoint les départements colorés en rouge. En raison de la prolifération des cas de Covid-19, ces deux départements normands sont considérés comme en "vulnérabilité élevée", comme l'indique déjà le site du ministère de la Santé.

Un décret a été publié au Journal officiel afin de permettre aux préfets du Calvados et de l'Eure d’élargir leurs capacités de réglementer la vie sociale en fonction du contexte sanitaire.

Comme en Seine-Maritime, passé rouge le 6 septembre, les pouvoirs publics pourraient contraindre les organisateurs d'événements publics - à savoir tout concert, spectacle, match, course - à moduler leur capacité d'accueil, par exemple en laissant une place vacante entre chaque spectateur.
 

Qu'est-ce que veut dire "vulnérabilité élevée"?

L'ARS et Santé publique France distinguent trois niveaux de vulnérabilité, à savoir "limitée", modérée" et "élevée" (zone rouge de circulation active (ZCA) du virus), attribués en fonction de cinq critères.

Parmi ceux-ci, on trouve le taux d'incidence de la Covid-19, c'est-à-dire le nombre de cas positifs pour 100 000 personnes réparties dans le département à un instant précis. Ce critère permet d'apprécier la vitesse de propagation du virus dans la population. Le Calvados et l'Eure ont été placés en "zone rouge" car leurs taux d'incidence dépassent la valeur critique de 50. À ce jour, 46 départements français sont considérés en vulnérabilité élevée, 46 autres en vulnérabilité modérée.

Une accélération en Normandie

Dans l'ensemble de la région Normandie, le taux d'incidence atteint une moyenne de 58,27 au soir du 18 septembre, soit une valeur bien au dessus du seuil d'alerte. L'ARS normande note "une accélération de la circulation du virus" puisque le taux atteignait 52,3 le 15 septembre. En Normandie, seuls la Manche et l’Orne restent en deça de ce seuil, malgré une augmentation des cas.

Comme l'indique l'ARS de Normandie, ce sont les grandes agglomérations comme Le Havre, Rouen et Caen qui concentrent la majorité des cas. Le 18 septembre, 163 personnes sont hospitalisées en Normandie, soit 83 de plus que depuis le 15 septembre. Parmi ces 163 hospitalisations, 80 se trouvent en Seine-Maritime, 38 dans l'Eure, 20 dans le Calvados, 13 dans la Manche et 12 dans l'Orne. Depuis le début de l'épidémie, 454 Normands sont décédés de la Covid-19 et 1 958 ont pu revenir à leur domicile.


Quelles conséquences dans le département de l'Eure ? 


Dans l'Eure, la dégradation de la situation sanitaire a été rapide. 

Le département a donc basculé en zone rouge dimanche 20 septembre. D'après les derniers chiffres de l'Agence Régionale de Santé, le virus y circule activement. Des pics locaux seraient responsables de cette accélération, notamment à EVREUX, où le taux d'incidence du virus atteint 110 pour 100 000 habitants.
 
Coronavirus : l'Eure bascule en zone rouge


Le taux de positivité est désormais de 5 % dans l'Eure

Le préfet de l'Eure a donc pris des mesures supplémentaires de restriction de circulation des personnes ou de suspension d’activité afin de freiner la propagation du virus, en plus du port du masque obligatoire :

Les rassemblements de plus de 10 personnes dans la sphère privée fortement déconseillés


Premiers cadres de propagation de l'épidémie : les rassemblements de plus de 10 personnes dans la sphère privée (fêtes étudiantes, fêtes familiales et amicales, fêtes des voisins, repas des anciens) 
Ils sont désormais fortement déconseillés. 

Le préfet envisage également d'annuler des grandes manifestations, comme les fêtes normandes qui auraient dû se tenir les 3 et 4 octobre et qui ont été annulées. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société