Coronavirus : comment mon couple va-t-il survivre au confinement ?

"Avec ce temps suspendu, c'est aussi un formidable moment pour retrouver le sens du couple et remettre à plat un certain nombre de choses."  / © Maxppp
"Avec ce temps suspendu, c'est aussi un formidable moment pour retrouver le sens du couple et remettre à plat un certain nombre de choses."  / © Maxppp

Le confinement génère des situations nouvelles : une solitude imposée ou une promiscuité familiale à laquelle on ne peut pas échapper. Un psychologue nous explique les mécanismes qui se mettent en place, et comment les contrer.

Par Myriam Libert

"Le confinement est vécu de façon très différente en fonction des individus. Certains vont ressentir un stress aigü, cette privation de liberté les angoisse profondément. D'autres vivent la situation plus sereinement parce qu'elle ne change pas grand chose à leurs habitudes ou parce qu'ils y voient l'occasion de profiter de ceux qu'ils aiment" 

Richard Clautiaux est psychologue clinicien et sexologue à la clinique Mathilde à Rouen. 
Il a accepté de répondre aux questions que nous nous posons sur le confinement sanitaire que l'épidémie de coronavirus nous impose. 

L'homme n'est pas fait pour être enfermé

Comment supporter l'enfermement ? Comment supporter l'autre dans un espace limité ? Comment gérer sa propre anxiété et comprendre celle des autres ?
Le confinement est une épreuve pour tous, mais peut s'avérer une belle occasion de renforcer son couple et ses liens familiaux. Ou au contraire le moment de prendre des décisions pour sa vie.

"Le confinement a des répercussions très fortes sur le plan interpersonnel. On peut se réveiller le matin avec plus ou moins de stress compte tenu du climat anxiogène.
Et d'emblée nous sommes confrontés à l'autre ce qui peut créer une tension relationnelle qui va augmenter au fur et à mesure de la journée. Et sans perspective de sortie de crise rapide. 

La situation est d'autant plus difficile à gérer dans un petit espace sans échappatoire ou lieu extérieur - jardin, cour, balcon. 
L'homme a besoin de vivre dehors, d'être actif, il n'est pas prêt à être enfermé
"

Le confinement : bienfait ou méfait pour le couple ?

"Il y a plusieurs configurations de couples. Ceux qui ont besoin de temps pour retrouver l'autre et qui vont voir là une belle occasion de profiter de l'être aimé.
Et il y a tous ces couples qui fonctionnent sur un équilibre précaire, qui acceptent des situations fragiles parce qu'ils y trouvent des contreparties : confort moral ou matériel. Se retrouver l'un à coté de l'autre toute la journée peut mettre au jour ces dysfonctionnements


En Chine, on a vu le nombre de séparations augmenter avec la perspective d'une sortie de crise du coronavirus.
C'est une situation qui ressemble aussi à celle des couples retraités qui s'autorisent à se quitter au moment précis où la vie les oblige à passer plus de temps ensemble.

"Avec ce temps suspendu, c'est aussi un formidable moment pour retrouver le sens du couple et remettre à plat un certain nombre de choses." 

"La sexualité peut être un bon défouloir, et pour bien la vivre, on doit parler de nos émotions, de nos besoins, de nos manques ou de nos fantasmes. 
C'est le moment pour le couple de communiquer calmement, sans violence ni agressivité, de se confier, sans jugements de part et d'autre.
Alors le couple peut sortir grandi de ce confinement !!
"
 

Individualisme et frustrations

Nous avons aussi une responsabilté collective dans l'application stricte du confinement. Mais pour un certain nombre d'entre nous, la satisfaction personnelle va primer sur le bien commun. 

"Que l'on soit addict au sport ou au cannabis, il s'agit du même mécanisme, et donc de la même frustration qui justifie selon ceux qui le vivent, de ne pas respecter le confinement. Leur bien être est prioritaire"

Souvent nous mettons également en place des mécanismes de compensation qui aident à supporter le quotidien: alcool, cannabis, jeux ou amours parallèles...
Lorsque le confinement empêche la réalisation de ses désirs, l'agressivité voir la violence, peut apparaitre. 

"Certaines personnes ont des problématiques personnelles, qui sont habituellement cachées. Ce peut être un jeune qui a besoin de cannabis pour se détendre, un homme ou une femme qui va boire de l'alcool ou rendre visite à sa ou son amant-e avant de rentrer à la maison...Les uns et les autres ont besoin de cette soupape pour supporter de se retrouver en famille.  
Le confinement et la promiscuité peuvent révéler une partie de soi douloureuse pour l'autre, un écueil qui peut aussi entrainer de l'agressivité ou de la violence face au manque et au secret"


Et le manque est un révélateur du degré d'attachement dans un couple, légitime ou illégitime. Le confinement peut donc nous amener à nous poser des questions sur notre fonctionnement sentimental, et à faire des choix.
 

Violence exacerbée

" Si vous vivez avec quelqu'un de violent malheureusement vous n'avez pas beaucoup d'échappatoire...le confinement c'est la double peine. En temps normal, l'autre a des activités extérieures ce qui laisse un peu de répit "

La frustration, l'enfermement, l'intimité mise à mal, exacerbent les tensions familiales et peuvent constituer une véritable "cocotte minute" prête à exploser.

C'est donc le moment de rappeler qu'un certain nombre de structures existent pour venir en aide aux personnes victimes de violences physiques et morales, et que les numéros d'urgence fonctionnent toute l'année. Tout comme Police Secours. 


Le besoin de se retrouver seul

On a tous besoin d'un temps pour soi, et par ces temps de confinement l'intimité est malmenée. 

"Le besoin de se retrouver seul-e est très important. On a besoin de travailler son intériorité, d'avoir du temps pour soi pour mieux se présenter aux autres. 
Pourquoi pas mettre une pancarte devant sa porte pour indiquer qu'on prend un moment pour soi, puis revenir dans la vie familiale de meilleure humeur ?"


Comme dans toutes situations extrêmes, nous sortirons de cette épreuve plus forts.
A nous de faire de cette parenthèse une aventure positive, de renforcer nos liens et de ne pas oublier le sens de ce confinement. 
A défaut de nous aimer les uns les autres, protégeons nous en restant chez nous !
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus