Covid-19 : comment et quand se faire vacciner en pharmacie ?

Dès le 18 mars, il sera possible de se faire vacciner contre le Covid-19 en pharmacie. Une possibilité supplémentaire offerte de se protéger du Coronavirus, en plus des vaccinations chez le médecin ou dans les centres de vaccination. Alors comment ça marche ? On vous explique tout.

Vaccin : comment se faire vacciner en pharmacie ?
Vaccin : comment se faire vacciner en pharmacie ? © PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP

Comment la vaccination contre le Covid 19 va-t-elle se passer en pharmacie ?

"Normalement les pharmaciens commandent leurs flacons de vaccin jusqu’à mercredi soir pour une réception des vaccins prévue les 18/19 mars prochains" explique Franck Blandamour, Président de l’Ordre des pharmaciens de Normandie. Une vaccination est prévue dans les jours à suivre, selon l'organisation des officines. Au maximum chaque pharmacien peut commander 2 flacons mais la livraison du second n’est pas certaine, seulement "si les stocks nationaux sont suffisants".

Chaque pharmacien s’organise comme il le souhaite. Il peut opter pour des rendez-vous par téléphone ou sur place. "Je pense que les pharmaciens font des listes d’attente et ils recontactent les personnes en leur proposant un creneau de vaccination" précise Franck Blandamour.

La vaccination est possible pour les personnes entre 50 et 74 ans avec comorbidité, et pour toute personne de plus de 75 ans. Seul le vaccin AstraZeneca est administré, comme pour les vaccinations chez le médecin.

Dans la pratique, toutes les pharmacies qui vaccinent contre la grippe pourront aussi vacciner contre le Covid 19. Les pharmaciens ont suivi une formation adéquate, ils bénéficient d’un lieu prévu pour la vaccination et déclaré comme tel à l’Agence régionale de Santé.
"Sur les 959 pharmacies normandes, 95% peuvent proposer ce type de vaccination" indique le Président de l’Ordre des pharmaciens de Normandie .

En arrivant à la pharmacie le jour prévu pour sa vaccination, la personne remplira un questionnaire administratif (nom, prénom…) et un questionnaire de santé. Si rien ne s'oppose à sa vaccination, celle-ci est faite dans une pièce prévue à cet effet.
Une fois vaccinée, la personne attend 15 minutes sur place et pendant ce temps le pharmacien remplit la fiche du portail de vaccination et délivre un certificat.
Il faut ensuite reprendre rendez-vous pour la seconde injection entre 9 et 12 semaines plus tard.

Le pharmacien facture l'acte de vaccination à l’organisme d’assurance maladie, via la carte vitale. La vaccination contre le Covid 19 ne coûte rien au patient. Le pharmacien devrait toucher 7,90 euros pour l’acte de vaccination, contre 6,30 pour une vaccination contre la grippe.

 

Les pharmaciens satisfaits de l'autorisation de vaccination mais déplorent "un mauvais timing"

"Depuis hier la liste d’attente pour se faire vacciner en pharmacie s’allonge" explique Franck Blandamour, Président de l’Ordre des pharmaciens de Normandie, "on a commencé à 12 personnes vendredi et il y en a 70 actuellement. J’exerce dans la Manche. Beaucoup de gens ne parvenaient pas à s’inscrire dans les centres de vaccination. Ils sont contents de pouvoir enfin s’inscrire quelque part".

" Depuis quelques semaines, les patients nous en parlent et demandent à quelle date on pourra les vacciner en pharmacie. Jusqu’à la semaine dernière, rien n’était sûr. Le décret est sorti vendredi matin et on en a beaucoup parlé" d'où l'engouement et les listes d'attente.

La vaccination commencera donc la semaine prochaine en pharmacie et pendant un temps, les commandes des médecins ont été suspendues (avant l'annonce d'Olivier Véran de ce mardi qui indique une reprise des commandes cette fin de semaine). Ainsi, la semaine prochaine, les médecins n’ auront pas accès à de nouvelles doses. "Effectivement, c’est malheureux qu’on soit autorisés à vacciner et qu’il n’y ait pas assez de vaccins. Le timing n’est pas bon. On a l’impression qu’on déshabille Pierre pour habiller Paul. Les médecins commandent à J-10 . Ceux qui ont commandé la semaine passée entre lundi et mercredi recevront les flacons jeudi ou vendredi. Les rendez-vous calés cette semaine ne devraient donc pas être impactés.". Et si l'on se fie à l'annonce du ministre de la Santé, les rendez-vous chez les médecins devraient recommencer vers le 22 mars, pour ceux qui ont déjà utilisé toutes les doses qu'ils avaient commandées.

Les pharmaciens sont satisfaits de pouvoir vacciner comme ils le font régulièrement pour les campagnes contre la grippe par exemple. "Depuis le début, il faut vacciner, beaucoup, de plus en plus et vite. Il faut donc se rapprocher au maximum des patients. C’est une avancée, c’est évident", estime Franck Blandamour, "plus il y aura de vaccinateur, plus vite on retrouvera une vie « normale ». On oublie que le vaccin est une protection individuelle mais aussi collective." 

Les médecins libéraux pourront de nouveau commander des vaccins "dès la fin de semaine" a déclaré Olivier Véran ce mardi


Suspendues cette semaine au profit des pharmaciens, les commandes de vaccins AstraZeneca seront rouvertes aux médecins libéraux "dès la fin de la semaine", a annoncé mardi à l'AFP le ministre de la Santé, Olivier Véran.

"Nous allons rouvrir aux médecins dès la fin de la semaine les réservations de doses pour la semaine du 22 mars", a indiqué M. Véran lors d'un déplacement avec le Premier ministre, Jean Castex, à l'hôpital de Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre)

La veille, les syndicats de médecins libéraux s'étaient insurgés d'une décision du ministère de la Santé, qui les privait de commandes de doses cette semaine, la priorité étant donnée aux pharmaciens, qui commenceront à vacciner la semaine prochaine. Plusieurs organisations, dont les généralistes de MG France et le Syndicat des médecins libéraux (SML), ont même demandé la démission du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Mardi matin sur RTL, l'intéressé a toutefois exclu de quitter ses fonctions, disant voir "dans cette réaction épidermique de (ses) confrères comme un signe d'engagement, d'énergie pour la vaccination".

Selon Olivier Veran, des milliers de doses attendent encore les médecins dans les pharmacies

Les médecins "ont déjà commandé 800.000 doses pour leurs patients éligibles, il y en aura 800.000 de plus" cette semaine, soit au total "1,6 million de patients à vacciner dans les prochains jours", a affirmé le ministre de la Santé.
Selon Olivier Véran, sur les 1,6 million de doses réservées aux praticiens libéraux, ceux-ci n'en ont pour l'heure récupéré que 400.000 dans les pharmacies où ils les ont commandées.

Les dentistes aussi veulent participer à la vaccination

Ce mardi 9 mars 2021, l’Union Dentaire a demandé au Ministre des Solidarités et de la Santé de permettre aux chirurgiens-dentistes de participer à la campagne de vaccination.

Les dentistes expliquent qu'à "ce jour, les médecins généralistes, les pharmaciens,  sages-femmes, … sont autorisés à vacciner. Mais pas les chirurgiens-dentistes". Ils rappellent que "le cadre juridique actuel est clairement défini par le décret du 25 décembre 2020 : tout professionnel de santé exerçant ses fonctions à titre libéral ou non ou tout étudiant en santé peut participer à la campagne vaccinale dans les limites de ses compétences en matière de vaccination."

Le 4 février 2021, le Conseil National de l’Ordre a demandé d’inclure notre profession dans la campagne de vaccination. Mais pour l’heure, les chirurgiens-dentistes qui le souhaiteraient ne sont toujours pas autorisés à apporter leur contribution à l’effort national dans le cadre des centres de vaccination. 

Union Dentaire

Les 40 000 chirurgiens-dentistes estiment qu'ils ne doivent pas être oubliés et espèrent pouvoir contribuer à la vaccination.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19