• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

[D-Day] Vu du ciel : les parachutistes ou les premiers hommes du jour J

A l'occasion du 75e anniversaire du Débarquement, la rédaction de France 3 Normandie vous emmène survoler les plages du 6 juin 1944 pour mieux comprendre cette opération militaire exceptionnelle, qui a débuté dans le ciel avec l'intervention de parachutistes américains et britanniques.

Par CM

C'est l’une des plus importantes opérations militaires jamais menées. Le 6 juin 1944, plus de 150 000 hommes débarquent sur les côtes normandes, de Sainte-Marie-du-Mont à l’ouest à Ouistreham à l’est. Objectif : établir une solide tête de pont, point de départ indispensable à la libération de l’Europe du régime nazi.

Si l'image des soldats débarquant sur les plages normandes est restée gravée dans les mémoire, le débarquement des Alliés en Normandie s'est dabord fait par les airs, dans la nuit du 5 au 6 juin.  

Trois opérations vont être menées. La première consiste à tromper les Allemands. Des leurres anti-radars et de gros ballons sont largués sur les côtes du Pas de Calais. Plus près des sites du débarquement est menée l’opération Titanic : des lamelles d’aluminium (« Window ») pour leurrer les radars et de faux parachutistes (surnommés « Ruppert ») sont largués aux abords d’Yvetot, de Saint-Lô, à l’est de la Dives ainsi qu’au sud-ouest de Caen.

Trois autres opérations, cette fois-ci offensives, sont menées par les parachutistes américains dans le Cotentin et par les Britanniques sur les ponts de l’Orne.

Une série réalisée par Jean-Baptiste Pattier, Benjamin Loriou, Cyril Renaudin, Olivier Perola, Pierre Léonard, Stéphanie Pierson, Bastien Odolant et Joffrey Ledoyen

Pegasus Bridge: le "coup de main" des paras

6 juin 1944. Dans les premières minutes du Jour J, six planeurs survolent le canal de l'Orne. A bord, 180 hommes de la 6e division aéroportée britannique aux ordres du major John Howard. Leur mission: s'emparer de deux pont à Bénouville et Ranville. L'opération "Coup de main" est lancée.
 
Le Débarquement vu du ciel: Pegasus Bridge
 

La 82e sur Sainte-Mère-Eglise

Les 82e et 101 divisions aéroportées américaines (82nd et 101st Airborne) sont chargées de sécuriser le flanc droit de l’opération Overlord. Pour la première, il s’agit de libérer la commune de Sainte-Mère-Eglise et les villages voisins qui longent la RN 13, l’axe stratégique Caen-Cherbourg, contrôler les ponts sur le Merderet et détruire ceux de la Douve. Ces deux rivières bordent les terres à l’arrière d’Utah Beach.
 
Débarquement vu du ciel : la 82e Airborne
 

La 101e doit sécuriser Utah beach

La 101e division se voit confier la tâche de sécuriser les quatre voies d’accès desservant Utah Beach au milieu d’une zone marécageuse. C’est par ces voies que les troupes fraîchement débarquées pourront avancer dans les terres. Elle doit également neutraliser la batterie de Saint-Martin de Vareville et s’emparer de l’écluse de la Barquette, le point de passage prioritaire sur la Douve vers Omaha et Carentan.
 
[D-Day] Vu du ciel : la 101e doit sécuriser Utah beach

A lire aussi

Sur le même sujet

Embarquez à bord d'une moissonneuse-batteuse !

Les + Lus