Pour l'écrivain britannique Ken Follett : "Les Normands étaient un peuple plus avancé que les Anglais"

Dans son dernier roman, "Le crépuscule et l'aube", l'auteur de best-sellers historiques nous plonge dans une période trouble pour l'Angleterre, à l'aube du moyen-âge. L'écrivain britannique s'est rendu en Normandie pour se documenter. Il nous a accordé une interview.

L'écrivain britannique Ken Follett a trouvé une partie de son inspiration en Normandie pour son dernier roman, "Le crépuscule et l'aube"
L'écrivain britannique Ken Follett a trouvé une partie de son inspiration en Normandie pour son dernier roman, "Le crépuscule et l'aube"
Il mêle avec beaucoup de talent et de succès histoires et grande histoire. Près de trente ans après la publication des "Piliers de la terre", l'un de ses plus grands succès, l'écrivain britannique invite de nouveau ses lecteurs à un voyage dans le temps, à la charnière du haut moyen-âge et du moyen-âge, une époque trouble pour l'Angleterre, prise en étau entre les assauts des Gallois à l'est et ceux des Vikings à l'est.

Parmi les trois personnages principaux de "Le crépuscule et l'aube", le 31e roman de Ken Follett, figure Ragna, une noble normande qui va traverser la Manche par amour pour son mari Wilwulf. La jeune femme va découvrir un pays aux coutumes bien différentes du sien. 

Avant de s'atteler à l'écriture de ce livre, celui qui débuta sa carrière comme journaliste, s'est rendu en Normandie, au printemps 2018, pour se documenter. L'écrivain est revenu sur ce voyage et le rôle crucial de la Normandie dans l'histoire anglaise lors de l'interview qu'il nous a accordée.

Avec "Le crépuscule et l'aube", vous revenez en quelque sorte au moyen-âge, deux siècles avant "Les piliers de la terre".  En quoi cette période vous passionne ?

En fait, mon roman se déroule entre la fin du haut moyen-age (ndlr : dark age en anglais) et le début du moyen-âge. C'est un tournant important, une époque charnière dans l'histoire européenne. C'est la première chose qui m'a intéressé.

C'est aussi une période où trois groupes puissants sont en concurrence pour contrôler l'Angleterre : les Anglo-Saxons qui y vivent, les Vikings qui viennent de Scandinavie - depuis 200 ans les Vikings considèrent l'Angleterre comme un magasin où ils n'ont pas à payer - et enfin, de l'autre côté de la Manche, les Normands qui attendent tranquillement leur heure. Chacun sait qu'à la fin, ce sont eux qui ont conquis et gouverné l'Angleterre. Ce jeu à trois m'a attiré : dans une telle compétition, il y a beaucoup de matière à histoires.

Votre roman se déroule en Angleterre. Vous vous êtes pourtant rendu dans notre région au printemps 2018 pour vous documenter. Quelle matière, quelle inspiration avez-vous trouvée en Normandie ?

J'ai débuté mon voyage dans le Cotentin parce que l'héroïne du roman, Ragna, vit dans le château de Cherbourg. Je me suis donc rendu à Cherbourg. Bien sûr, aujourd'hui, il n'y a plus de château. Cependant, quand on se trouve au bord de la mer face à la colline, on peut deviner que le château se trouveau très certainement au sommet de celle-ci.

Partout où je vais, je visite les cathédrales. C'est une sorte d'obsession"

Ken Follett


J'ai également profité de mon passage en Normandie pour visiter la cathédrale de Bayeux. Partout où je vais, je visite les cathédrales. C'est une sorte d'obsession. (ndlr "Les piliers de la terre" avait pour toile de fond la construction d'une cathédrale dans l'Angleterre du XIIe siècle. En 2019, l'écrivain britannique a également publié un livre afin de collecter des fonds pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris).

Mais le plus intéressant, le plus fascinant, fut la tapisserie de Bayeux. En fait, ce n'est pas une tapisserie, à proprement parler, mais une broderie de 60 mètres de long, une sorte de bande-dessinée, la légende illustrée de la conquête normande de l'Angleterre. 
Mais pour moi, le plus intéressant, c'est la multitude de détails sur la vie quotidienne du XIe siècle que nous livre la tapisserie de Bayeux. Elle nous montre comment les gens de l'époque mangeaient, cuisinaient, construisaient des bateaux, dressaient leurs chiens et leurs oiseaux. Et toutes ces informations sur la vie quotidienne de cette époque sont très rares. Pour nous, les romanciers historiques, ces détails sont très importants en ce qu'ils nous permettent d'immerger le lecteur dans cette période historique. 
 
Pour son dernier roman, Ken Follett a trouvé l'inspiration en Normandie

Pouvez-vous nous présenter votre héroïne, Ragna ?

Elle est l'une des rares femmes qui refusent d'accepter le rôle que lui assigne la société de l'époque. Durant cette période et comme tant d'autres au cours de l'histoire, les femmes devaient être soumises, elles devaient obéir à leur mari, à leur père, à leurs frères. Au cours des siècles, il y a toujours eu quelques femmes qui ont refusé cela et qui ont pris elles-mêmes leur destin en main. Ragna est l'une d'entre elles. 

Elle s'inspire en partie d'un personnage historique qui a réellement existé, Emma de Normandie. Comme Ragna, elle est allée en Angleterre pour se marier. Elle a épousé le roi Aethelred. Quand il mourut, elle épousa son successeur, Knut le Grand. Et quand celui-ci mourut à son tour, son fils, Edouard le Confesseur, monta sur le trône (ndlr : Guillaume le Conquérant "succéda" à Edouard le Confesseur après avoir remporté la Bataille d'Hastings). Emma de Normandie fut au coeur du pouvoir pendant plusieurs années, elle au coeur de cette rivalité autour de la construction d'un empire entre l'Angleterre, la Normandie et la Scandinavie. Compte tenu du parcours d'Emma, j'ai senti que Ragna pouvait accomplir quelque chose de similaire, à une échelle plus modeste.

Est-ce qu'à travers Ragna, un personnage fort, se profile la victoire à venir des Normands sur l'Angleterre ?

Le livre reflète ça. Certains historiens anglo-saxons ne sont pas d'accord avec cette vision des choses. Ils estiment que le haut moyen-âge a (simplement) mal tourné pour l'Angleterre et que celle-ci avait une civilisation très avancée. Mais c'est difficile à croire. Par exemple, les Normands construisaient déjà des châteaux à cette époque. Il n'y avait pas de châteaux forts en Angleterre quand les Normands sont arrivés. De même, les Normands avaient aboli l'esclavage alors que 10% de la population était asservie en Angleterre. C'est énorme. L'Angleterre était une société d'esclavage. La Normandie, à cette époque, ne l'était plus.

Les Normands n'ont pas gagné qu'une seule bataille : ils ont conquis tout le pays et l'ont gouverné durant des siècles"

Ken Follett


Et bien sûr, quand les deux nations se sont affrontées sur le champs de bataille, les Normands ont gagné.  Et ils n'ont pas gagné qu'une seule bataille : ils ont conquis tout le pays et l'ont gouverné durant des siècles. Pour moi, tout tend à prouver que les Normands étaient un peuple plus avancé, techniquement plus avancé, socialement plus évolué. Ils ont en outre imposé une forme de gouvernement plus efficace. Certes, les gens étaient moins libre mais le système féodal était une forme de gouvernement plus performante.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres histoire